Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Pereira (J.) v. Superintendent of Financial Services

Type/type:Mortgage Brokers/Courtiers en hypothèque

Decision Date/Date de la décision:2009-10-16

Tribunal/tribunal:FST/TSF

 



Français

Janet Pereira v. Superintendent of Financial Services

FST Decision No.: M0407-2009-2

Date of Decision: October 16, 2009

Panel Members: Colin McNairn, Paul Litner, David Short

Parties to hearing: Janet Pereira, the Superintendent of Financial Services

Subject: Suspension and Amendment of Mortgage Agent Licence

Summary:

The Superintendent issued a Notice of Proposal to suspend and amend Pereira’s mortgage agent licence under the Mortgage Brokerages, Lenders and Administrators Act, 2006 (the “Act”).

The Decision:

The Tribunal directed the Superintendent to refrain from carrying out his proposal to suspend Pereira’s mortgage agent licence. However, it directed the Superintendent to amend the licence by adding a comprehensive, specified plan of supervision.

On June 25, 2008, Pereira applied for a mortgage agent licence under the Act. In response to the question in the application as to whether she had ever pleaded guilty to, or been found guilty of, an offence, Pereira answered that she had pleaded guilty to fraud against her former common law spouse. She was convicted of the criminal offence of fraud over $5,000 on October 2, 2007. She was also convicted of the offence of uttering a forged document, which was the transfer deed that was incidental to the fraud. At the time of her application, the court had not yet imposed sentence.

The circumstances of the offence were as follows: Pereira and her common law spouse, Ogieva, had owned a home in Ajax. Ownership was divided 70/30 in favour of Pereira.

The couple separated in or about early 2003. Pereira and the children remained in the home. Eventually they agreed that Pereira could sell the home. They agreed that she could keep all of the proceeds of the sale, apparently because Ogieva did not pay any child support.

When Ogieva was about to sign off on the home, Pereira put in an offer on another home and paid $30,000 as a deposit.

The agreement that Pereira could keep all of the sale proceeds soured when Ogieva was convicted of assaulting Pereira. In addition to the conviction, the court ordered Ogieva not to associate with Pereira.

That created a predicament for Pereira’s purchase of a new home. Because Ogieva was prohibited from communicating with Pereira, she was unable to sell her current home to obtain the funds for the purchase of her new home. Also, she stood to lose her deposit of $30,000 toward the purchase of the new home.

Pereira proceeded, out of desperation, to conclude a sale of her current home. She had her brother-in-law sign a transfer document as if he were Ogieva, forging Ogieva’s signature on the document.

Ogieva found out about the transfer 8 months later, in December 2004, and advised the police of the circumstances. That led to Pereira’s convictions for fraud over $5,000 and uttering a forged document. The convictions were entered in September 2007. Sentencing was adjourned to September 2008.

The Superintendent issued a mortgage agent licence to Pereira on July 9, 2008. It was thought appropriate to postpone consideration of Pereira’s suitability to hold a licence until sentence was passed on her convictions, because she had already been working in the mortgage brokerage industry for approximately 10 years.

On September 18, 2008 the court imposed a conditional sentence of 12 months to be served in the community (commonly known as house arrest), followed by a period of 12 months’ probation and a stand-alone restitution order in the amount of $59,904. The sentence was, essentially, in accordance with a joint submission by the Crown and Pereira.

In sentencing Pereira, the court commented that a period of incarceration — typically not a short period — was usual in cases of title fraud. However, the court accepted the joint submission for house arrest instead of incarceration because Pereira’s remorse and her statements to the court persuaded the court that Pereira was highly unlikely to commit a similar offence again.

FSCO did not become aware of the sentence until January 2009, through oversight. On April 8, 2009 the Superintendent issued a Notice of Proposal to suspend and amend Pereira’s licence on account of the convictions.

At the hearing in August and September 2009, the Superintendent proposed a suspension of 2 to 3 months, followed by a comprehensive, plan of supervision during her 12-month probationary period for the criminal convictions.

The Tribunal concluded that a suspension was not appropriate for the following reasons:

(a) the past conduct took place 5½ years ago;

(b) the past conduct occurred in the context of a single transaction, and was not repeated;

(c) while the past conduct called Pereira’s honesty and integrity into question, the conduct was isolated and occurred in circumstances that suggested that it should not be taken to reveal a general defect of character and to be indicative of a propensity to act dishonestly and without regard to the law;

(d) Pereira was under unusual and severe pressures at the time. Recurrence of those pressures is unlikely;

(e) Pereira satisfied the restitution order made by the court, and she had an unblemished record as a mortgage agent since the conduct in question.

The Tribunal agreed with the proposal to amend Pereira’s mortgage agent licence by adding a comprehensive, specified plan of supervision for approximately 12 months. It directed that her licence be amended accordingly.

Cases referred to:

Henderson v. Superintendent of Financial Services,FST Decision No. M0319-2008-1

Gooding v. Superintendent of Financial Services,FST Decision No. M0326-2008-1

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.


Janet Pereira c. le surintendant des services financiers

Décision du TSF no : M0407-2009-2

Date de la décision : Le 16 octobre 2009

Membres du comité d’audition : Colin McNairn, Paul Litner, David Short

Parties à l’audience : Janet Pereira, le surintendant des services financiers

Objet : Suspension et modification d’un permis d’agente en hypothèques

Résumé :

Le surintendant a émis un avis d’intention proposant de suspendre et de modifier le permis d’agente en hypothèques de Mme Pereira en vertu de la Loi de 2006 sur les maisons de courtage d’hypothèques, les prêteurs hypothécaires et les administrateurs d’hypothèques (la « Loi »).

La décision :

Le Tribunal a ordonné au surintendant de s’abstenir de donner suite à sa proposition de suspendre le permis d’agente en hypothèques de Mme Pereira. Il a néanmoins ordonné au surintendant de modifier le permis en ajoutant un plan de supervision complet spécifié.

Le 25 juin 2008, Mme Pereira a fait une demande de permis d’agente en hypothèques en vertu de la Loi. En réponse à une question posée dans la demande de permis, à savoir si elle avait jamais plaidé coupable ou été reconnue coupable d'une infraction, Mme Pereira a répondu avoir plaidé coupable à une accusation de fraude envers son ancien conjoint de fait. Elle a été déclarée coupable d’une infraction criminelle de fraude de plus de 5 000 $ le 2 octobre 2007. Elle a également été reconnue coupable de production d’un document contrefait – l’acte de transfert accessoire à la fraude. Au moment du dépôt de la demande, la cour n’avait pas encore imposé de peine.

Les circonstances de l’infraction étaient les suivantes : Mme Pereira et son conjoint de fait, M. Ogieva, étaient propriétaires d’une maison à Ajax, avec 70 % appartenant à Mme Pereira.

Le couple s’est séparé vers le début de 2003. Mme Pereira a continué de vivre dans la maison avec ses enfants. Les anciens conjoints ont finalement convenu que Mme Pereira pouvait vendre la maison et qu’elle conserverait tout le produit de la vente, apparemment du fait que M. Ogieva ne versait aucune pension alimentaire.

Alors que M. Ogieva était sur le point de signer l'acte de vente de la maison d'Ajax, Mme Pereira a fait une offre en vue de l'achat d'une autre maison et a versé à cette occasion un dépôt de garantie de 30 000 $.

L’accord passé en vertu duquel Mme Pereira pouvait conserver tout le produit de la vente a déraillé après que M. Ogieva eût été déclaré coupable d’une agression contre Mme Pereira. En plus de cette déclaration de culpabilité, la cour a ordonné à M. Ogieva de ne pas fréquenter Mme Pereira.

Mme Pereira s’est ainsi retrouvée dans une situation fâcheuse concernant l’achat d’une nouvelle résidence. Étant donné qu’il était interdit à M. Ogieva de communiquer avec Mme Pereira, elle ne pouvait pas vendre sa maison et obtenir ainsi les fonds nécessaires à l’achat de sa nouvelle résidence. De plus, elle risquait de perdre son dépôt de 30 000 $ versé en vue de cet achat.

Mme Pereira a en désespoir de cause décidé de conclure la vente de sa maison et a demandé à son beau-frère de signer un document de transfert en se faisant passer pour M. Ogieva et en imitant la signature de ce dernier sur le document.

M. Ogieva a découvert le transfert huit mois plus tard, en décembre 2004, et a informé la police des circonstances de l'affaire. Cela a mené aux déclarations de culpabilité de Mme Pereira pour des accusations de fraude de plus de 5 000 $ et de production d'un document contrefait. Les déclarations de culpabilité ont été prononcées en septembre 2007. La détermination de la peine a été reportée à septembre 2008.

Le surintendant a délivré un permis d’agente en hypothèques à Mme Pereira le 9 juillet 2008. Du fait que cette dernière travaillait dans le secteur des maisons de courtage d'hypothèques depuis environ dix ans, il a été jugé préférable d'attendre le prononcé de la peine relative à ses déclarations de culpabilité pour étudier l'aptitude de Mme Pereira à être titulaire d'un permis.

Le 18 septembre 2008, la cour a imposé à Mme Pereira une peine privative de liberté avec sursis de douze mois à purger dans la communauté (couramment appelée peine de « détention à domicile ») suivie d'une période de probation de douze mois, ainsi qu’une ordonnance de restitution à part entière d'un montant de 59 904 $. Cette peine était essentiellement conforme à une demande conjointe du procureur de la Couronne et de Mme Pereira.

En déterminant la peine de Pereira, la cour a fait observer qu’une période de détention – qui n'est généralement pas courte – était habituellement imposée en cas de fraude relative à un titre de propriété. Toutefois, la cour a accepté la demande conjointe visant à remplacer l’incarcération par la détention à domicile du fait que le remord exprimé par Mme Pereira et ses déclarations devant la cour avaient persuadée cette dernière qu’une nouvelle infraction de même nature par Mme Pereira était hautement improbable.

Ce n’est qu’en janvier 2009 que la CSFO a appris la peine imposée dans le cadre de ses activités de surveillance. Le 8 avril 2009, le surintendant a émis un avis d’intention de suspendre et de modifier le permis de Mme Pereira du fait de ses déclarations de culpabilité.

À l'audience d’août et de septembre 2009, le surintendant a proposé une suspension de deux à trois mois suivie de l’application d’un plan complet de supervision pendant sa période de probation de douze mois relative aux déclarations de culpabilité pour infraction criminelle.

Le Tribunal a conclu qu’une suspension n’était pas appropriée pour les motifs suivants:

a) la conduite passée avait eu lieu il y a cinq ans et demi;

b) la conduite passée de Mme Pereira s'était produite dans le contexte d'une seule opération et ne s'était pas répétée;

c) même si la conduite passée de Mme Pereira a remis en question son intégrité et son honnêteté, cette conduite s'est traduite par un acte unique et s'est produite dans des circonstances laissant penser qu'elle ne devrait pas être interprétée comme un défaut de caractère général et comme une indication d’une propension à agir malhonnêtement ou sans tenir compte du droit;

d) Mme Pereira subissait à cette époque une pression inhabituelle et intense, qui est peu susceptible de se reproduire;

e) Mme Pereira a exécuté l'ordonnance de restitution rendue par la cour à son encontre, et elle a un dossier sans tache en qualité d'agente en hypothèques depuis la conduite en question.

Le Tribunal a approuvé la proposition de modifier le permis d’agente en hypothèques de Mme Pereira en ajoutant un plan de supervision complet spécifié pendant environ douze mois. Il a ordonné que le permis de Mme Pereira soit modifié en conséquence.

Arrêts cités :

Henderson c. le surintendant des services financiers, décision du TSF no M0319-2008-1

Gooding c. le surintendant des services financiers, décision du TSF no M0326-2008-1

Le présent résumé est offert à titre de service public. Il ne doit pas être interprété comme contenant des conseils juridiques. Un grand nombre de facteurs inconnus déterminent l'application des déclarations ou commentaires formulés dans le résumé à chaque situation personnelle.