Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Groeblacher v. Superintendent of Financial Services

Type/type:Insurance/Assurance

Decision Date/Date de la décision:2015-08-31

Tribunal/tribunal:FST/TSF




Français

FST File No : I0574-2014-1
Date of decision: August 31, 2015
Panel members: Florence A. Holden
Parties to hearing: Rudolph Groeblacher; Superintendent of Financial Services

SUBJECT: INSURANCE AGENT; NOTICE OF PROPOSAL TO IMPOSE AMP; HEARING

Summary

The Applicant, Rudolph Groeblacher, was at the relevant time licensed to carry on business as a life insurance agent. On July 30, 2014 the Superintendent issued to the Applicant a Notice of Proposal (NOP) to impose an Administrative Monetary Penalty (AMP) in the amount of $1,000.00. The AMP was for a contravention of the duty under section 442.3(1) of the Insurance Act (the “Act”) to give information to the Superintendent about activities related to the business of insurance or activities related to the business of a person who holds or held a licence under the Act. Specifically, it was alleged that Mr. Groeblacher had failed to respond to a market conduct questionnaire of licensed life insurance agents conducted by the Superintendent in 2013.

At a pre-hearing conference held on June 4, 2015, Mr. Groeblacher conceded that he had failed to respond to the questionnaire, and consequently had contravened or failed to comply with a requirement under the Act, specifically sections 442.1 and 443.4(4). As a result, the only remaining issues for the hearing pertained to penalty.

The Tribunal found that the imposition of an AMP would serve one of the two purposes set out in the legislation, namely to promote compliance with the Act generally.
In considering the five criteria in s. 4(2) of O. Reg. 408/12, the Tribunal concluded that Mr. Groeblacher’s contravention was intentional. He was aware of the mandatory questionnaire and did not take any action. The Tribunal also concluded that there was indirect harm to the Superintendent and the general public, and that that no remedial steps were taken by Mr. Groeblacher. There was no evidence that Mr. Groeblacher received an economic benefit from the contravention, and he had no history of any prior contraventions.
Accordingly, the Tribunal ordered the Superintendent to carry out his proposal and impose an administrative penalty of $1,000 on Mr. Groeblacher.

Cases cited:
Qin v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2015 ONFST 22.
Notta v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2015 ONFST 2.
White v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2014 ONFST 9.
Weaver v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2015 ONFST 23.

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.





Case Name/Nom du dossier: Groeblacher c. Surintendant des services financiers

Type/type: Insurance/Assurance

Decision Date/Date de la 2015-08-31
décision:

Tribunal/tribunal: FST/TSF



No de dossier du TSF : I0574-2014-1

Date de la décision : 31 août 2015

Membres du comité d'audition : Florence A. Holden

Parties à l'audience : Rudolph Groeblacher; surintendant des services financiers

OBJET : AGENT D'ASSURANCE; AVIS D'INTENTION D'IMPOSER UNE PÉNALITÉ ADMINISTRATIVE; AUDIENCE

Sommaire

Le requérant, Rudolph Groeblacher, détenait, pendant la période pertinente, un permis l'autorisant à effectuer des opérations d'assurance en tant qu'agent d'assurance-vie. Le 30 juillet 2014, le surintendant des services financiers (le « surintendant ») a remis au requérant un avis d'intention de lui imposer une pénalité administrative de 1 000 $, au motif qu'il avait enfreint l'obligation prévue au paragraphe 442.3 (1) de la Loi sur les assurances (la « Loi ») de fournir des renseignements au surintendant sur les activités relatives aux opérations d'assurance ou sur les activités relatives aux activités commerciales d’une personne qui est ou a été titulaire d’un permis délivré en application de la Loi. Plus précisément, M. Groeblacher est présumé avoir omis de répondre au questionnaire sur les pratiques des agents d'assurance-vie mené par le surintendant en 2013.

Lors d'une conférence préparatoire à l'audience tenue le 4 juin 2015, M. Groeblacher a avoué qu'il avait omis de répondre au questionnaire, et en conséquence qu'il avait enfreint ou omis de remplir une exigence prévue par la Loi, plus précisément l'article 442.1 et le paragraphe 443.4 (4). En conséquence, la seule question qui reste à examiner à l'audience est la peine.

Le Tribunal a jugé que l'imposition d'une pénalité administrative servirait un des deux objectifs énoncés dans la loi, à savoir d'encourager l'observation des exigences prévues par la Loi d'une façon générale.

En ce qui concerne les cinq critères prévus au paragraphe 4 (2) du Règlement de l'Ontario 408/12, le Tribunal a conclu que la contravention de M. Groeblacher était intentionnelle. Il était au courant du questionnaire obligatoire et n'a pas agi. Le Tribunal a aussi conclu qu'un préjudice indirect avait été causé au surintendant et au public général, et que M. Groeblacher n'a pris aucune mesure de redressement. Il n'y a aucune preuve que M. Groeblacher a retiré un avantage économique de la contravention et il n'avait pas d'antécédents de contravention.

En conséquence, le Tribunal a ordonné au surintendant d'exécuter son intention d'imposer à M. Groeblacher une pénalité administrative de 1 000 $.

Jurisprudence citée:

Qin c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2015 ONFST 22.
Notta c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2015 ONFST 2.
White c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2014 ONFST 9.
Weaver c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2015 ONFST 23.



Ce sommaire est offert à titre de service public et ne saurait constituer des avis juridiques. Nombreux sont les facteurs que nous ignorons et qui peuvent avoir une incidence sur l’applicabilité des déclarations ou commentaires contenus dans le sommaire à votre cas particulier.