Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Silva v. Superintendent of Financial Services

Type/type:Mortgage Brokers/Courtiers en hypothèque

Decision Date/Date de la décision:2009-11-25

Tribunal/tribunal:FST/TSF

 



John Cabral Silva v. Superintendent of Financial Services

Français

FST File No.: M0399-2009

Date of Decision: Nov. 25, 2009

Panel members: Denis Boivin

Parties to hearing: John Cabral Silva, Superintendent of Financial Services

Subject: Imposition of an Administrative Penalty

Summary:

The Superintendent issued a Notice of Proposal to impose an administrative penalty of $1,000 upon John Cabral Silva for failure to have and maintain errors and omissions (E&O) insurance while licensed as a mortgage brokerage under the Mortgage Brokerages, Lenders and Administrators Act, 2006 (the “Act”).

The Decision:

The Tribunal ordered the Superintendent to carry out his notice of proposal to impose an administrative penalty of $1,000.00 on John Cabral Silva.

John Cabral Silva applied for and received a mortgage brokerage licence under the Act prior to July 1, 2008. Mortgage brokerages are required to have and maintain E&O insurance in form approved by the Superintendent. In its application for a licence, John Cabral Silva indicated that he would have the required E&O insurance in place by July 1, 2008. In October, 2008 the Superintendent conducted an audit of brokerages and it was determined that in fact John Cabral Silva did not have E&O coverage.

The Tribunal found that the Superintendent’s staff sent an email in November and a registered letter in December, 2008 to John Cabral Silva asking for proof of coverage. Although there was no documentary proof that Mr. Silva responded, he testified that he contacted the Commission on December 12, 2008.

In January, 2009, the Superintendent’s staff telephoned John Cabral Silva to follow up on the registered letter sent in December. Mr. Silva stated that he would send something in writing to terminate his licence and on February 5, 2009 he sent a letter to the Commission stating that he wanted to place his licence “on hold.” A few days later, a Commission staff person telephoned Mr. Silva and told him that placing his licence on hold was not an option; he either had to surrender the licence or get E&O coverage. Mr. Silva was given a copy of the form necessary to be completed in order to effect a surrender.

Mr. Silva completed the form but instead of sending it to the Commission, he sent it to the principal broker of a company that he intended to join and asked the principal broker to sign it and send it to the Commission. However, the form was not sent to the Commission. A few days after completing the form, Mr. Silva completed an online application to transfer his personal licence from the brokerage “John Cabral Silva” to the new brokerage and that change in status was acknowledged by the Commission.

Mr. Silva argued that since the Commission’s system allowed him to transfer his personal licence from his original brokerage to the new one, leaving the old brokerage without a principal broker, he was entitled to conclude that the brokerage licence for John Cabral Silva had been cancelled by the Commission and there was no need to get E&O coverage.

The Tribunal heard evidence from the Commission that there is a difference between a change in status of a broker’s licence and the surrender of a brokerage licence. While individual brokers may go on-line and change the status of their licences, brokerages may not simply abandon their licences. They have to apply to surrender their licences and the Superintendent has a duty to determine whether that surrender raises any concerns with respect to the public. A broker cannot not be associated with more than one brokerage at a time and normally Mr Silva would have been required to surrender the brokerage licence before being allowed to become a broker for another company. However, Mr Silva transferred his broker’s licence on-line and the system is not currently designed to flag this potential problem.

On March 10, 2009, five days after the Superintendent issued his notice of proposal to impose an administrative monetary penalty, Mr Silva had a telephone conversation with Commission staff which resulted in Mr Silva submitting a surrender declaration form. The brokerage licence was terminated on April 3, 2009.

The Tribunal found that John Cabral Silva was not in compliance with the Act in that it did not have errors and omissions coverage from the date it was first licensed under the Act (effective July 1, 2008) until April 3, 2009. The Tribunal found that despite any misunderstanding that may have existed between Mr. Silva and the Commission regarding the surrender of the licence in February and March, 2009, the contravention in this case was the failure by the brokerage to have E&O coverage. That failure, the Tribunal found, dated back to July, 2008 and was motivated by economic considerations, namely the fact that the brokerage was not conducting any business at the relevant time.

In determining the amount of the penalty, the Tribunal considered the factors as set out in section 3 of O. Reg. 192/08. Taking those criteria into account, the Tribunal concluded that a penalty of $1,000 was appropriate in this case and ordered that the Superintendent carry out his notice of proposal to impose an administrative monetary penalty of $1,000.00 on John Cabral Silva.

Cases referred to: none

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.


John Cabral Silva c. Le surintendant des services financiers

Dossier du TSF no : M0399-2009

Date de la décision : Le 25 novembre 2009

Membre du comité d’audition : Denis Boivin

Parties à l’audience : John Cabral Silva, le surintendant des services financiers

Objet : Imposition d’une pénalité administrative

Résumé :

Le surintendant des services financiers (le surintendant) a émis un avis d’intention d’imposer une pénalité administrative de 1 000 $ à John Cabral Silva pour omission de souscrire et maintenir une assurance-responsabilité civile professionnelle alors qu'il était titulaire d’un permis de maison de courtage, en vertu de la Loi de 2006 sur les maisons de courtage d’hypothèques, les prêteurs hypothécaires et les administrateurs d’hypothèques (la Loi).

Décision :

Le Tribunal a ordonné au surintendant de mettre à exécution son intention d’imposer une pénalité administrative d’un montant de 1 000 $ à John Cabral Silva.

John Cabral Silva a déposé une demande de permis de maison de courtage d'hypothèques en vertu de la Loi avant le 1er juillet 2008 et il l'a obtenu. Les maisons de courtage sont tenues de souscrire et maintenir une assurance-responsabilité civile professionnelle sous une forme approuvée par le surintendant. Dans sa demande de permis, John Cabral Silva a indiqué qu’il aurait souscrit l’assurance avant le 1er juillet 2008. En octobre 2008, le surintendant a procédé à une vérification des maisons de courtage, qui a révélé qu'en fait John Cabral Silva n’avait pas souscrit l’assurance-responsabilité civile professionnelle.

Le Tribunal a découvert que le personnel du surintendant avait envoyé un courriel, en novembre, et une lettre recommandée, en décembre 2008, à John Cabral Silva, pour lui demander la preuve de l'assurance. Bien qu'il n'y ait aucune preuve documentaire que M. Silva a répondu, il a déclaré dans son témoignage qu'il avait pris contact avec la Commission le 12 décembre 2008.

En janvier 2009, le personnel du surintendant a téléphoné à John Cabral Silva pour donner suite à la lettre recommandée envoyée en décembre. M. Silva a affirmé qu'il enverrait quelque chose par écrit pour mettre fin à son permis, et le 5 février 2009, il a envoyé une lettre à la Commission dans laquelle il déclarait vouloir « suspendre » son permis. Quelques jours plus tard, un membre du personnel de la Commission a appelé M. Silva pour lui expliquer qu'il n'était pas possible de suspendre son permis; il devait soit remettre son permis soit souscrire l'assurance-responsabilité civile professionnelle. M. Silva a reçu une copie du formulaire à remplir pour demander la remise du permis.

M. Silva a rempli le formulaire, mais au lieu de l'envoyer à la Commission, il l'a envoyé au courtier principal d'une société à laquelle il avait l'intention de se joindre pour lui demander de signer le formulaire et de l'envoyer à la Commission. Cependant, le formulaire n'a pas été envoyé à la Commission. Quelques jours après avoir rempli le formulaire, M. Silva a rempli une demande en ligne en vue de faire transférer son permis personnel de la maison de courtage « John Cabral Silva » à la nouvelle maison de courtage. La Commission a accusé réception du changement de statut.

M. Silva a fait valoir que comme le système de la Commission lui avait permis de transférer son permis personnel de sa maison de courtage originale à la nouvelle, ce qui laissait l'ancienne maison de courtage sans courtier principal, il avait le droit de conclure que le permis de maison de courtage de John Cabral Silva avait été annulé par la Commission et qu'il n'avait donc plus besoin de souscrire l'assurance-responsabilité civile professionnelle.

Le Tribunal a entendu les preuves de la Commission selon lesquelles il faut faire une distinction entre un changement de statut d'un permis de courtier et la remise d'un permis de maison de courtage. Alors que les courtiers individuels peuvent changer le statut de leur permis en ligne, les maisons de courtage ne peuvent pas simplement abandonner leur permis. Elle doivent soumettre une demande de remise de permis et le surintendant doit décider si la remise du permis soulève des problèmes par rapport au public. Un courtier ne peut pas être associé à plus d'une maison de courtage à la fois et normalement, M. Silva aurait dû remettre le permis de maison de courtage avant d'être autorisé à devenir courtier au sein d'une autre société. Toutefois, M. Silva a transféré son permis de courtier en ligne et le système actuel n'est pas conçu pour signaler ce problème potentiel.

Le 10 mars 2009, cinq jours après que le surintendant a émis son avis d'intention d'imposer une pénalité administrative monétaire, M. Silva s'est entretenu par téléphone avec un membre du personnel de la Commission, et à la suite de cette conversation, il a présenté une demande de remise de permis. Le permis de maison de courtage a pris fin le 3 avril 2009.

Le Tribunal a conclu que John Cabral Silva n’était pas en conformité avec la Loi parce qu’il n’avait pas souscrit l’assurance-responsabilité civile professionnelle à partir de la date de l’obtention du permis en vertu de la Loi (avec effet au 1er juillet 2008) et jusqu’au 3 avril 2009. Le Tribunal a jugé qu'en dépit d'un malentendu entre M. Silva et la Commission au sujet de la remise du permis en février et mars 2009, l'infraction a la loi en l'espèce était l'omission, par la maison de courtage, de souscrire l'assurance. Cette omission, que le Tribunal a constatée, remontait à juillet 2008 et était motivée par des facteurs économiques, à savoir le fait que la maison de courtage n'avait pas effectué de transaction hypothécaire pendant cette période.

Pour déterminer le montant de la pénalité, le Tribunal a tenu compte des facteurs énumérés à l’article 3 du Règlement de l’Ontario 192/08. Au vu des critères applicables pour déterminer le montant de la pénalité administrative dans les circonstances de l’espèce, le Tribunal a conclu qu'une pénalité de 1 000 $ se justifiait en l'espèce, et il a ordonné au surintendant de mettre à exécution son intention d’imposer une pénalité administrative d’un montant de 1 000 $ à John Cabral Silva.

Décisions citées : aucune

Le présent résumé est offert à titre de service public. Le lecteur ne devrait pas le considérer comme contenant des conseils juridiques. De nombreux facteurs inconnus peuvent influer sur l’applicabilité des déclarations ou des commentaires formulés dans le résumé à des circonstances particulières.