Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Olszewska v. Superintendent of Financial Services, University of Toronto, and the United Steel, Paper and Forestry, Rubber, Manufacturing, Energy, Allied Industrial and Service Workers International Union, Local 1998

Type/type:Pensions/Régime de retraite

Decision Date/Date de la décision:2013-06-26

Tribunal/tribunal:FST/TSF

 



Français

Elzbieta Olszewska v. Superintendent of Financial Services, University of Toronto, and the United Steel, Paper and Forestry, Rubber, Manufacturing, Energy, Allied Industrial and Service Workers International Union, Local 1998

FST File No.: P0500-2012

Date of decision: June 26, 2013

Panel members: Florence Holden, Chair; John Solursh; Heather Gavin

Parties to hearing: Elzbieta Olszewska; Superintendent of Financial Services; University of Toronto; United Steel, Paper and Forestry, Rubber, Manufacturing, Energy, Allied Industrial and Service Workers International Union, Local 1998

SUBJECT: EARLY RETIREMENT WINDOW

Summary:

The Superintendent issued a Notice of Intended Decision on March 30, 2012, refusing to order the University of Toronto (the “University”) to amend the University of Toronto Pension Plan (the “Plan”) to extend an early retirement window (the “ERW”) to the Applicant.

The Applicant requested a hearing. Full party status was granted to the University and to the United Steel, Paper and Forestry, Rubber, Manufacturing, Energy, Allied Industrial and Service Workers International Union, Local 1998 (the “Union”).

The Applicant was employed as a research assistant by the University from 1983 to July 2008. Her employment was always funded through grants. On April 28, 2008, her employment was terminated with an effective termination date of July 21, 2008.

The ERW was available under the Plan at the time of the Applicant’s termination. The Applicant met the requisite age and service criteria, but she did not give notice of retirement or apply in writing to take the ERW by the deadline date of June 30, 2008. Instead the Applicant pursued a grievance through the Union seeking reinstatement of her employment.

The grievance proceeded through three stages, and twice during that process the University offered to extend the ERW to the Applicant. The Applicant did not accept this because she did not like the other terms of the settlement. The Union withdrew the grievance in January 2009 after the University provided proof that the funding for the Applicant’s position had indeed disappeared. The Applicant then applied to the Superintendent for an order requiring the University to extend the ERW to her.

The panel held that the Applicant was not entitled to the ERW because she had not given notice of intention to retire and had not applied in writing for the ERW by the deadline date of June 30, 2008.

The panel noted that the University and Union were in error when they told the Applicant in 2008 that she could not take the ERW at the same time as pursuing the grievance. However, the panel held that the Tribunal does not have jurisdiction to grant an equitable remedy.

The panel also rejected the Applicant’s argument that the ERW could be extended to her because the collective agreement expired on June 30, 2008 and was not ratified until September of 2008. Although there was a general term in the collective agreement that it continued pending ratification, this did not apply to the ERW which had a specific deadline date of June 30, 2008.

The panel also held that the correct termination date was July 21, 2008 and not the later date of November 24, 2008 that the University used in preparing its pension options for the Applicant, and stated that the Applicant was entitled to ask the University for revised options based on the July date.

The panel therefore upheld the Notice of Intended Decision refusing to order the University to amend the Plan so as to extend the ERW to the Applicant.

Cases referred to:

Hamilton Health Sciences and Ontario Nurses’ Association, 2012 CanLII 50098

Thomas Caster v. Superintendent of Financial Services and Ontario Teachers’ Pension Plan Board, February 9, 2000, FST Decision No. P0086-1999-1

Julian Paul v. Superintendent of Financial Services and the OPSEU Pension Trust, September 30, 2005, FST Decision No. P0246-2004-1

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.

Elzbieta Olszewska c. le surintendant des services financiers, l’Université de Toronto et la section locale 1998 du syndicat United Steel, Paper et Forestry, Rubber, Manufacturing, Energy, Allied Industrial and Service Workers International Union

Dossier du TSF no P0500-2012

Date de la décision : 26 juin 2013

Membres de la formation : Florence Holden, présidente; John Solursh; Heather Gavin

Parties à l’instance : Elzbieta Olszewska; le surintendant des services financiers; l’Université de Toronto; et la section locale 1998 du syndicat United Steel, Paper et Forestry, Rubber, Manufacturing, Energy, Allied Industrial and Service Workers International Union

OBJET : période d’admissibilité à la retraite anticipée

Résumé

Le surintendant a émis un avis de décision le 30 mars 2012 dans lequel il exprimait son intention de refuser d’ordonner à l’Université de Toronto (« l’Université ») de modifier le texte du Régime de retraite de l’Université de Toronto (le « Régime ») afin de prolonger la période d’admissibilité à la retraite anticipée accordée à la requérante.

La requérante a demandé une audience. Le statut de partie de plein droit a été accordé à l’Université et à la section locale 1998 du syndicat United Steel, Paper and Forestry, Rubber, Manufacturing, Energy, Allied Industrial and Service Workers International Union (le « Syndicat »).

La requérante a travaillé comme adjointe à la recherche à l’Université de 1983 à juillet 2008. Son poste a toujours été financé au moyen de subventions. Le 28 avril 2008, elle a été licenciée et devait quitter officiellement son poste le 21 juillet 2008.

La période d’admissibilité à la retraite anticipée était offerte au titre du Régime à la date de cessation d’emploi de la requérante. La requérante avait l’âge requis et répondait au critère du nombre d’années de service, mais elle n’a pas envoyé d’avis de départ à la retraite ou demandé par écrit la retraite anticipée avant la date limite du 30 juin 2008. Elle a plutôt déposé un grief par l’intermédiaire du Syndicat en vue de réintégrer son emploi.

Le grief a franchi trois stades; à deux reprises au cours du processus, l’Université a offert à la requérante de prolonger la période d’admissibilité à la retraite anticipée. La requérante a refusé, car elle n’était pas satisfaite des autres conditions de règlement. Le Syndicat a retiré le grief en janvier 2009 après que l’Université ait fourni des preuves de l’absence de fonds pour financer le poste de la requérante. Ensuite, la requérante a envoyé une demande au surintendant pour qu’il ordonne à l’Université de prolonger la période d’admissibilité à la retraite anticipée qui lui était offerte.

La formation soutient que la requérante n’a pas droit à la période d’admissibilité à la retraite anticipée puisqu’elle n’a pas signifié son intention de prendre sa retraite et n’a pas présenté par écrit une demande pour profiter de la retraite anticipée avant la date limite du 30 juin 2008.

La formation prend acte de l’erreur commise par l’Université et le Syndicat lorsqu’ils ont indiqué à la requérante en 2008 qu’elle ne pouvait pas demander la retraite anticipée en même temps qu’elle présentait un grief. Toutefois, la formation soutient que le Tribunal n’a pas compétence pour prendre des mesures de réparation équitables.

La formation rejette également l’argument de la requérante selon lequel la période d’admissibilité à la retraite anticipée pourrait être prolongée dans son cas, car la convention collective est venue à expiration le 30 juin 2007 et n’a pas été ratifiée avant septembre 2008. Bien qu’il soit prévu dans la convention collective qu’elle demeure en vigueur jusqu’à sa ratification, cette disposition ne s’applique pas à la période d’admissibilité à la retraite anticipée à laquelle la date limite du 30 juin 2008 s’appliquait.

La formation affirme également que la date officielle de cessation d’emploi est le 21 juillet 2008 et non le 24 novembre 2008, date que l’Université a utilisée pour établir les options relatives à la pension pour la requérante. De plus, la formation indique que la requérante avait le droit de demander à l’Université de revoir les options en fonction de la date officielle du mois de juillet.

Par conséquent, la formation maintient l’avis d’intention de refuser d’ordonner à l’Université de modifier le Régime afin de prolonger la période d’admissibilité à la retraite anticipée offerte à la requérante.

Affaires évoquées

Hamilton Health Sciences et Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario, 2012 CanLII 50098

Thomas Caster c. le surintendant des services financiers de l’Ontario et le Conseil du régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario, 9 février 2000, décision du TSF no P0086-1999-1

Julian Paul c. le surintendant des services financiers de l’Ontario et le régime de retraite du SEFPO, 30 septembre 2005, décision du TSF no P0246-2004-1

Le présent résumé est offert à titre de service public. Il ne doit pas être interprété comme contenant des conseils juridiques. Un grand nombre de facteurs inconnus déterminent l'application des déclarations ou commentaires formulés dans le résumé à chaque situation personnelle.