Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Beeksma v. Ontario (Superintendent Financial Services)

Type/type:Insurance/Assurance

Decision Date/Date de la décision:2015-08-19

Tribunal/tribunal:FST/TSF




Panel members: Denis Boivin (Acting Vice-Chair)

Parties to hearing: James Beeksma; Douglas Lee (for the Superintendent of Financial Services).

SUBJECT: INSURANCE AGENTS; NOTICE OF PROPOSAL TO IMPOSE AMP; HEARING; MOTION; LIMITATION

Summary:
The Applicant, James Beeksma, was at the relevant time licensed to carry on business as a life insurance and accident and sickness insurance agent. On March 16, 2015, the Superintendent of Financial Services (“Superintendent”) issued to the Applicant a Notice of Proposal (“NOP”) to impose an Administrative Monetary Penalty (“AMP”) in the amount of $1,800.00. The AMP was for an alleged contravention of the Insurance Act (the “Act”) to maintain errors & omissions insurance (“E&O”) from January 1, 2013, through November 19, 2013, during which he was licensed.

The Applicant filed a Request for Hearing on April 7, 2015. During the pre-hearing teleconference held on June 9, 2015, the Applicant brought a preliminary motion, pursuant to Rule 14 of the Rules of Practice and Procedure for Proceedings Before the Financial Services Tribunal, seeking an order stating the Superintendent was barred from proceeding against the Applicant. The Applicant’s position was that the NOP was issued beyond the two-year limitation period found in sections 441.3(4) and 449 of the Act.

The motion was heard by the Financial Services Tribunal (“Tribunal”) on August 11, 2015 via teleconference with all parties present.

There were two issues before the Tribunal. First, did section 449 of the Act preclude the Superintendent from proceeding against the Applicant for the alleged contravention of the E&O requirement? Second, in the alternative, is the NOP beyond the limitation period found in section 441.3(4) of the Act?

The questions raised by the Applicant’s motion required a factual determination, and the parties filed a statement of facts and book of documents.

The Tribunal accepted the following facts:

- The Applicant is currently licensed as a life insurance and accident and sickness insurance agent under the Act;

- The Applicant was first licensed on November 20, 2007. He renewed his licence every two years until it expired on November 19, 2013, without it being renewed;

- On or about July 15, 2014, the Applicant applied to renew his licence. It was flagged for further review by a Licensing and Registration Specialist (“LRS”) with the Financial Services Commission of Ontario (“FSCO”);

- Between July 16, 2014 and August 7, 2014, the Applicant and the LRS exchanged email and telephone correspondence. As a result of this correspondence, the LRS stated in an email dated August 7, 2014, that it was his understanding that the Applicant did not have E&O coverage from June 2, 2012, through November 19, 2013. In the same email, the LRS informed the Applicant that the file would be referred to a Regulatory Discipline Officer to determine whether the circumstances warranted an administrative monetary penalty;

- A written cancellation notice addressed to the Applicant from his E&O coverage provider indicated that his E&O coverage would be cancelled effective June 2, 2012;

- A copy of this notice was received by FSCO on or about May 22, 2012. A “flag” was placed on the Applicant’s licensing record, with “KL” being assigned for follow-up;

- There were no notes in the Applicant’s licensing record regarding any activity between May 23, 2012 and July 15, 2014. In particular, there were no notes that the “flag” had been changed or that anyone had followed up during this timeframe, or that the Applicant’s licence had expired on November 19, 2013; and

- The NOP was issued on March 16, 2015.


Section 449 is found in Part XIX of the Act, which deals with examination and enforcement and has been in place for decades. Section 441.3(4) of the Act is found in Part XVIII.1 of the Act, which deals with administrative penalties and came into force on January 1, 2013. The Tribunal noted, and the Applicant agreed, that the language of sections 449 and 441.3(4) of the Act were very similar. Both provisions focus on the knowledge of the Superintendent to determine the start of a limitation period.

The Tribunal held that section 449 of the Act did not apply to the NOP as it does not involve a “proceeding for an offence,” and that it applied only to proceedings commenced under the Provincial Offences Act (the “POA”) Although the Superintendent could have chosen to commence proceedings under the POA, he did not. Instead, the Superintendent opted for an administrative penalty; therefore, section 449 was never triggered.

The Tribunal also referred to section 441.3(8) of the Act as further evidence of the distinction. That section states that a person who pays an administrative penalty cannot be charged with an offence under the Act for the same contravention. The Tribunal concluded there is a difference between charging a person for an offence and notifying a person of a proposed administrative penalty.

Turning to section 441.3(4) of the Act, the Applicant argued that the limitation period “clock” began on May 23, 2012, when FSCO received a copy of the cancellation notice. The Tribunal did not accept this argument because it ignored the language of the section. Although FSCO was aware that the Applicant was no longer insured by this particular E&O provider, it does not amount to knowledge of a contravention or failure to comply. The Tribunal accepted there are many providers of E&O coverage for life insurance agents in Ontario and that agents are free to select their provider or change providers for any reason. While life insurance agents are required to maintain E&O coverage, they can cancel any policy. In the Applicant’s case, the Tribunal could not conclude that the Superintendent became aware of the Applicant’s breach of the E&O requirement on May 23, 2012. At most, the Superintendent was aware that the Applicant would not be covered by this particular E&O provider as of June 2, 2012.

As mentioned before, there were no notes in the Applicant’s licensing record between May 23, 2012 and July 15, 2014. It was pure speculation for the Applicant to suggest that FSCO investigated the Applicant in the spring of 2012 and either deactivated the Applicant’s licence or decided not to proceed against him because they discovered he was no longer working in the insurance industry. There was no evidence to support the Applicant’s position that FSCO discovered his contravention of the E&O requirement at any time prior to the LRS’ correspondence in the summer of 2014.

For the purposes of the limitation period in section 441.3(4), the Tribunal concluded that the requisite knowledge did not exist on May 23, 2012. Since there was no other evidence to prove that the Superintendent knew of the contravention between May 23, 2012 and March 16, 2013, the NOP issued March 16, 2015 is not beyond the two-year limitation period.

Cases cited:
None

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.
Case Name/nom du dossier: Beeksma c. Ontario (Surintendant des services financiers)

Type/type: Assurance

Decision Date/Date de la décision: 2015-08-19

Tribunal/tribunal: TSF

James Beeksma c. Surintendant des services financiers

No de dossier du TSF : I0625-2015-1

Date de la décision : 19 août 2015

Membres du comité d'audition : Denis Boivin (vice-président intérimaire)

Parties à l'audience : James Beeksma; Douglas Lee (pour le surintendant des services financiers).

OBJET : AGENTS D'ASSURANCE; AVIS D'INTENTION D'IMPOSER UNE PÉNALITÉ ADMINISTRATIVE; AUDIENCE; MOTION; PRESCRIPTION

Sommaire :
Le requérant, James Beeksma, détenait, pendant la période pertinente, un permis l'autorisant à effectuer des opérations d'assurance en tant qu'agent d'assurance-vie et en tant qu'agent d'assurance-accidents et d'assurance-maladie. Le 16 mars 2015, le surintendant des services financiers (le « surintendant ») a remis au requérant un avis d'intention de lui imposer une pénalité administrative de 1 800 $, en raison d'une infraction présumée à une disposition de la Loi sur les assurances (la « Loi ») exigeant le maintien d'une assurance-responsabilité civile professionnelle, pour la période allant du 1er janvier 2013 au 19 novembre 2013, période pendant laquelle il détenait son permis d'agent d'assurance.

Le requérant a déposé une demande d'audience le 7 avril 2015. Pendant la téléconférence préparatoire à l'audience, le 9 juin 2015, le requérant a déposé une motion préliminaire, en vertu de la règle 14 des Règles de pratique et de procédure pour les instances devant le Tribunal des services financiers, en vue d'obtenir une ordonnance déclarant que le superintendant n'a pas le droit d'agir contre le requérant. Le requérant a soutenu que l'avis d'intention a été émis après la période de prescription de deux ans prévue au paragraphe 441.3 (4) et à l'article 449 de la Loi.

La motion a été entendue par le Tribunal des services financiers (le « Tribunal »), le 11 août 2015, par téléconférence, en présence de toutes les parties.

Le Tribunal devait trancher deux questions. Premièrement : l'article 449 de la Loi empêche-t-il le surintendant de poursuivre le requérant pour la contravention présumée de l'obligation de maintenir une assurance-responsabilité civile professionnelle? Deuxièmement : subsidiairement, l'avis d'intention a-t-il été émis après le délai de prescription prévu par le paragraphe 441.3 (4) de la Loi?

Pour trancher les questions soulevées dans la motion du requérant, il a fallu déterminer les faits de l'affaire et les parties ont déposé un exposé des faits et un cahier de documents à cet effet.

Le Tribunal a accepté les faits suivants :

- Le requérant détient actuellement un permis légal l'autorisant à effectuer des opérations d'assurance en tant qu'agent d'assurance-vie et qu'agent d'assurance-accidents et d'assurance-maladie;

- Le requérant a obtenu son premier permis le 20 novembre 2007. Il a renouvelé son permis tous les deux ans jusqu'à son expiration, le 19 novembre 2013. Il ne l'a pas renouvelé depuis;

- Le 15 juillet 2014, ou vers cette date, le requérant a demandé de renouveler son permis. Sa demande a été renvoyée à un spécialiste de la délivrance des permis et de l'enregistrement (le « spécialiste ») de la Commission des services financiers de l'Ontario (« CSFO ») pour un examen plus approfondi;

- Entre le 16 juillet 2014 et le 7 août 2014, le requérant et le spécialiste ont échangé des courriels et se sont parlé au téléphone. Le spécialiste a déclaré, dans un courriel du 7 août 2014, que selon ses connaissances, le requérant n'avait pas d'assurance-responsabilité civile professionnelle du 2 juin 2012 au 19 novembre 2013. Dans le même courriel, le spécialiste a informé le requérant que son dossier serait renvoyé à un agent de la discipline réglementaire pour que ce dernier décide si les circonstances justifient l'imposition d'une pénalité administrative;

- Un avis d'annulation écrit, adressé au requérant par son fournisseur d'assurance-responsabilité civile professionnelle, indiquait que sa police d'assurance serait annulée à compter du 2 juin 2012;

- La CSFO a reçu une copie de cet avis le 22 mai 2012 ou vers cette date. Une note a été ajoutée sur le dossier de permis du requérant et « KL » a été désigné pour effectuer un suivi;

- Le dossier de permis du requérant ne contenait aucune mention d'une activité quelconque pendant la période allant du 23 mai 2012 au 15 juillet 2014. En particulier, aucune mention n'indiquait que la note ajoutée avait été changée ou que quelqu'un avait effectué un suivi pendant cette période ou que le permis du requérant avait expiré le 19 novembre 2013;

- L'avis d'intention a été émis le 16 mars 2015.


L'article 449 figure à la partie XIX de la Loi, qui traite de l'examen et de l'interrogatoire. Il existe depuis des décennies. Le paragraphe 441.3 (4) de la Loi se trouve à la partie XVIII.1 de la Loi, qui traite des pénalités administratives, en vigueur depuis le 1er janvier 2013. Le Tribunal a relevé que le libellé de l'article 449 et celui du paragraphe 441.3 (4) de la Loi étaient très semblables, ce que le requérant a corroboré. Les deux dispositions mettent l'accent sur la connaissance du surintendant pour déterminer le début de la période de prescription.

Le Tribunal a conclu que l'article 449 de la Loi ne s'appliquait pas à l'avis d'intention, car il ne concerne pas une « poursuite intentée relativement à une infraction » et qu'il s'applique uniquement aux instances introduites en vertu de la Loi sur les infractions provinciales. Même si le surintendant avait pu choisir d'intenter une instance en vertu de la Loi sur les infractions provinciales, il ne l'a pas fait. Le surintendant a préféré la voie de la pénalité administrative; en conséquence, l'article 449 n'est jamais entré en jeu.

Le Tribunal a également renvoyé au paragraphe 441.3 (8) de la Loi comme preuve supplémentaire de la distinction. Cette disposition stipule qu'une personne qui paie la pénalité administrative ne peut pas être accusée d'une infraction à la Loi sur les assurances à l'égard de la même contravention. Le Tribunal a conclu qu'il existait une différence entre accuser une personne d'une infraction et l'aviser d'une intention de lui imposer une pénalité administrative.

En ce qui concerne le paragraphe 441.3 (4) de la Loi, le requérant a plaidé que la période de prescription avait commencé le 23 mai 2012, lorsque la CSFO a reçu une copie de l'avis d'annulation de son assurance. Le Tribunal n'a pas accepté cet argument, car il ne prenait pas en considération le libellé de la disposition. Bien que la CSFO ait été au courant que le requérant n'était plus assuré par ce fournisseur spécifique, cela ne constitue pas une connaissance d'une éventuelle contravention ou inobservation de la loi. Le Tribunal a accepté qu'il existe un grand nombre de fournisseurs d'assurance-responsabilité civile professionnelle en Ontario et que les agents sont libres de choisir le fournisseur qu'ils préfèrent ou de changer de fournisseur pour quelque raison que ce soit. Même si les agents d'assurance-vie sont tenus de maintenir une assurance-responsabilité civile professionnelle, ils peuvent annuler n'importe quelle police de leur propre chef. Dans le cas du requérant, le Tribunal ne pouvait pas conclure que le surintendant avait pris connaissance du non-respect, par le requérant, de l'obligation de maintenir une assurance-responsabilité civile professionnelle, le 23 mai 2012. Au plus, le surintendant savait que le requérant ne serait pas couvert par ce fournisseur en particulier à compter du 2 juin 2012.

Comme indiqué plus haut, le dossier de permis du requérant ne contenait aucune mention ajoutée pendant la période allant du 23 mai 2012 au 15 juillet 2014. La suggestion faite par le requérant que la CSFO avait lancé une enquête à son sujet au printemps 2012 et avait soit désactivé son permis soit décidé de ne pas agir contre lui parce qu'elle découvert qu'il ne travaillait plus dans l'industrie des assurances n'était qu'une spéculation. Il n'y avait aucune preuve à l'appui de la position du requérant selon laquelle la CSFO avait découvert sa contravention à l'exigence de maintenir l'assurance-responsabilité civile professionnelle avant la lettre du spécialiste, au cours de l'été 2014.

Aux fins de la période de prescription prévue au paragraphe 441.3 (4), le Tribunal a conclu que la connaissance requise n'existait pas le 23 mai 2012. Comme il n'y avait pas d'autre preuve démontrant que le surintendant avait connaissance de la contravention, pendant la période du 23 mai 2012 au 16 mars 2013, l'avis d'intention émis le 16 mars 2015 n'a pas été émis après la période de prescription de deux ans.

Jurisprudence citée :
Aucune.

Ce sommaire est offert à titre de service public et ne saurait constituer des avis juridiques. Nombreux sont les facteurs que nous ignorons et qui peuvent avoir une incidence sur l’applicabilité des déclarations ou commentaires contenus dans le sommaire à votre cas particulier.