Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Sekhon v. Ontario (Superintendent Financial Services)

Type/type:Insurance/Assurance

Decision Date/Date de la décision:2015-09-16

Tribunal/tribunal:FST/TSF




Amandeep Kaur Sekhon v. Superintendent of Financial Services

FST File No.: I0572-2014-1

Date of decision: September 16, 2015

Panel members: John M. Solursh (Chair)

Parties to hearing: Amandeep Kaur Sekhon; Douglas Lee (for the Superintendent of Financial Services).

SUBJECT: INSURANCE AGENTS; NOTICE OF PROPOSAL TO IMPOSE AMP; HEARING

Summary:
The Applicant, Amandeep Kaur Sekhon, was at the relevant time licensed to carry on business as a life insurance and accident and sickness insurance agent. On July 25, 2014 the Superintendent issued to the Applicant a Notice of Proposal (NOP) to impose an Administrative Monetary Penalty (AMP) in the amount of $1,000.00. The AMP was for a contravention of the duty under section 442.3(1) of the Insurance Act (the “Act”) to give information to the Superintendent about activities related to the business of insurance or activities related to the business of a person who holds or held a licence under the Act. Specifically, it was alleged that Ms. Sekhon was selected to respond to the Superintendent’s questionnaire relating to the processes by which life insurance agents recommend insurance products to the public. Selected life insurance agents were notified by email that they were chosen to respond to the questionnaire and their statutory duty to respond.

The Applicant filed a Request for Hearing on August 11, 2014. The Hearing was held August 17, 2015 with the Applicant participating in person.

There were four issues before the Tribunal. The first was whether Ms. Sekhon breached section 442.3(1)(4) of the Act by failing to provide information to the Superintendent. Second, if the answer to that issue was yes, then did Ms. Sekhon act intentionally, recklessly or negligently in failing to answer the Superintendent’s questionnaire? Third, was the imposition of the proposed AMP appropriate to serve one or both of the purposes set out in section 441.2(1) of the Act namely to promote compliance or prevent Ms. Sekhon from deriving an economic benefit? Fourth, what is the appropriate amount of the AMP based on the criteria of subsection 4(2) of Ontario Regulation 408/12?

The Tribunal accepted that Ms. Sekhon had been selected to complete the questionnaire and had an obligation to complete the questionnaire which arose when the Superintendent directed her to respond. The Tribunal also found that the Superintendent sent Ms. Sekhon several communications in an effort to induce her to respond. Furthermore, the Tribunal found that there was no requirement for FSCO to prove personal service on the agent or to contact her by phone. This led the Tribunal to find that the answer to the first question was a ‘yes’.

The Tribunal accepted as fact that Ms. Sekhon had successfully passed her qualification exam. The Tribunal also accepted as fact that Ms. Sekhon had mistakenly thought that her employer, World Financial Group Insurance Agency of Canada (WFG), was a sister organization to FSCO, and that Ms. Sekhon had asked WFG to cancel her license. That said, the Tribunal found that Ms. Sekhon should have been aware that life insurance as an industry has a government regulator, even though she misunderstood the distinction between WFG and FSCO. Ms. Sekhon’s lack of inquiry beyond WFG to have her licence cancelled implied that she did not take adequate steps to address her legal obligations as a life insurance agent. Due to Ms. Sekhon’s difficulties with the English language, the Tribunal found that she acted negligently, and more likely recklessly, in failing to answer the questionnaire. However, the Tribunal concluded that Ms. Sekhon did not intentionally fail to answer the questionnaire. That noted, the Tribunal found the answer to the second question to be ‘yes’.

The Tribunal found that imposition of a monetary penalty would promote compliance with the Insurance Act in general, and would demonstrate to Ms. Sekhon and others that non-compliance with the Act would attract a monetary penalty. The Tribunal noted that an AMP would promote the purpose of s 441.2(1)(1) of the Act, namely to promote compliance with the requirements under the Act. This was sufficient to warrant imposing an AMP on Ms. Sekhon.

Finally, the Tribunal considered the appropriate amount of the AMP to be levied on Ms. Sekhon. The Tribunal considered this in light of the factors in subsection 4(2) of Ontario Regulation 408/12. The Tribunal found that Ms. Sekhon’s conduct was negligent or more likely reckless, but that her actions were not intentional and were less egregious than other cases. The Tribunal further found that there was no direct harm to clients as Ms. Sekhon had no clients during her licensing period. The Tribunal was of the opinion that Ms. Sekhon’s failure to answer the questionnaire resulted in additional costs of regulation and frustrated the Superintendent’s ability to regulate the insurance field. Further to this point, the Tribunal found that Ms. Sekhon took no steps to mitigate the issue. However, it was also found that Ms. Sekhon received no economic benefit and had no previous contraventions of the Act.

As such, the Tribunal imposed an AMP of $500 based on all of the circumstances in the case. It was held that this amount was reasonable and appropriate in the circumstances. The Tribunal noted that this amount was substantial enough to meet the purposes of compliance with the Act. Accordingly, the Tribunal ordered the Superintendent to impose an AMP of $500 on Ms. Sekhon.

Cases cited:
Notta v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2015 ONFST 2
White v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2014 ONFST 9
Qin v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2015 ONFST 22
Pirapakaran v Ontario (Superintendent Financial Services), 2015 ONFST 20
Molenda v Ontario (Superintendent Financial Services), 2015 ONFST 18

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.
Decision Date/Date de la décision : 2015-09-16

Amandeep Kaur Sekhon c. Surintendant des services financiers

No de dossier du TSF : I0572-2014-1

Date de la décision : 16 septembre 2015

Membres du comité d'audition : John M. Solursh (président)

Parties à l'audience : Amandeep Kaur Sekhon; Douglas Lee (pour le surintendant des services financiers).

OBJET : AGENTS D'ASSURANCE; AVIS D'INTENTION D'IMPOSER UNE PÉNALITÉ ADMINISTRATIVE; AUDIENCE

Sommaire :
La requérante, Amandeep Kaur Sekhon, détenait, pendant la période pertinente, un permis l'autorisant à effectuer des opérations d'assurance en tant qu'agente d'assurance-vie et agente d'assurance-accidents et d'assurance-maladie. Le 25 juillet 2014, le surintendant des services financiers (le « surintendant ») a remis à la requérante un avis d'intention de lui imposer une pénalité administrative de 1 000 $, au motif qu'elle avait enfreint l'obligation prévue au paragraphe 442.3 (1) de la Loi sur les assurances (la « Loi ») de fournir des renseignements au surintendant sur les activités relatives aux opérations d'assurance ou sur les activités relatives aux activités commerciales d’une personne qui est ou a été titulaire d’un permis délivré en application de la Loi. Plus précisément, Mme Sekhon est présumée avoir été choisie pour répondre au questionnaire du surintendant sur les pratiques suivies par les agents d'assurance-vie pour recommander des produits au public. Certains agents d'assurance-vie ont été avisés par courriel qu'ils avaient été sélectionnés pour répondre au questionnaire et qu'ils étaient tenus par la loi d'y répondre.

La requérante a déposé une demande d'audience le 11 août 2014. L'audience a été tenue le 17 août 2015. La requérante était présente à l'audience.

Le Tribunal devait répondre à quatre questions. La première : est-ce que Mme Sekhon a enfreint la disposition 442.3 (1) 4. de la Loi en omettant de fournir des renseignements au surintendant? La deuxième : dans l'affirmative, son omission manifeste-t-elle un degré d'intention, d'insouciance ou de négligence? La troisième : l'imposition de la pénalité proposée va-t-elle servir l'un des deux objectifs énoncés au paragraphe 441.2 (1) de la Loi, à savoir encourager l’observation des exigences ou empêcher Mme Sekhon de tirer, directement ou indirectement, un avantage économique? La quatrième : quel montant de pénalité est-il approprié selon les critères du paragraphe 4 (2) du Règlement de l'Ontario 408/12?

Le Tribunal a accepté le fait que Mme Sekhon avait été sélectionnée pour répondre au questionnaire et qu'elle avait l'obligation de remplir le questionnaire une fois que le surintendant lui a donné l'ordre de le faire. Le Tribunal a également découvert que le surintendant avait envoyé à Mme Sekhon plusieurs lettres afin de l'encourager à répondre. En outre, le Tribunal a conclu que la CSFO n'était pas tenue de prouver la signification en mains propres à l'agente ou de la contacter par téléphone. En conséquence, le Tribunal est arrivé à la conclusion que la réponse à la première question était affirmative.

Le Tribunal a accepté le fait que Mme Sekhon avait réussi son examen d'agrément. Le Tribunal a également accepté le fait que Mme Sekhon avait cru par erreur que son employeur, World Financial Group Insurance Agency of Canada (WFG), était une organisation sœur de la CSFO, et que Mme Sekhon avait demandé à WFG d'annuler son permis. Cela étant dit, le Tribunal a conclu que Mme Sekhon aurait dû savoir que l'assurance-vie, en tant qu'industrie, était assujettie à un organe de réglementation gouvernemental, même si elle avait mal compris la distinction entre le WFG et la CSFO. Le fait que Mme Sekhon n'ait pas cru bon de vérifier si son permis était annulé auprès d'un autre organe que le WFG démontre qu'elle n'a pas pris les mesures nécessaires pour remplir ses obligations légales d'agente d'assurance-vie. En raison des difficultés de Mme Sekhon à parler la langue anglaise, le Tribunal a estimé qu'elle avait agi avec négligence, et probablement avec insouciance, lorsqu'elle n'a pas répondu au questionnaire. Toutefois, le Tribunal est d'avis que Mme Sekhon n'a pas intentionnellement omis de répondre au questionnaire. Malgré cela, le Tribunal a conclu que la réponse à la deuxième question était affirmative.

Le Tribunal a jugé que l'imposition d'une pénalité administrative encouragerait la conformité à la Loi sur les assurances en général et démontrerait à Mme Sekhon et à d'autres personnes que le non-respect de la Loi est sanctionné par une pénalité administrative. Le Tribunal a relevé qu'une pénalité administrative favoriserait l'atteinte de l'objectif de la disposition 441.2 (1) 1. de la Loi, à savoir encourager l’observation des exigences établies en vertu de la Loi. Cette conclusion est suffisante pour justifier l'imposition d'une pénalité administrative à Mme Sekhon.

Enfin, le Tribunal a examiné le montant de pénalité qui serait approprié. Le Tribunal a tenu compte des facteurs énumérés au paragraphe 4 (2) du Règlement de l'Ontario 408/12. Le Tribunal a estimé que la conduite de Mme Sekhon avait été négligente et probablement insouciante, mais que ces actions n'étaient pas intentionnelles et qu'elles étaient moins graves que d'autres cas. Le Tribunal a également conclu qu'aucun préjudice direct n'avait été causé à des clients, car Mme Sekhon n'avait pas de clients pendant la période où elle détenait son permis. Le Tribunal a jugé que l'omission, par Mme Sekhon, de répondre au questionnaire a causé des coûts supplémentaires de réglementation et a entravé la capacité du surintendant de réglementer le domaine de l'assurance. Sur ce point, le Tribunal a aussi estimé que Mme Sekhon n'avait pris aucune mesure pour atténuer le problème. Toutefois, il a été établi que Mme Sekhon n'a tiré aucun avantage économique et qu'elle n'avait pas de contraventions antérieures à la Loi.

Ainsi, le Tribunal a imposé une pénalité administrative de 500 $, fondée sur toutes les circonstances de l'affaire. Il a jugé ce montant raisonnable et approprié dans les circonstances. Le Tribunal a indiqué que ce montant était suffisamment important pour encourager la conformité à la Loi. En conséquence, le Tribunal a ordonné au surintendant d'imposer à Mme Sekhon une pénalité administrative de 500 $.

Jurisprudence citée :
Notta c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2015 ONFST 2
White c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2014 ONFST 9
Qin c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2015 ONFST 22
Pirapakaran c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2015 ONFST 20
Molenda c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2015 ONFST 18

Ce sommaire est offert à titre de service public et ne saurait constituer des avis juridiques. Nombreux sont les facteurs que nous ignorons et qui peuvent avoir une incidence sur l’applicabilité des déclarations ou commentaires contenus dans le sommaire à votre cas particulier.