Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:McGrath v. Superintendent of Financial Services, OMERS Administration Corporation and OMERS Sponsors Corporation

Type/type:Pensions/Régime de retraite

Decision Date/Date de la décision:2010-03-26

Tribunal/tribunal:FST/TSF

 



Français

Susan McGrath v. Superintendent of Financial Services, OMERS Administration Corporation and OMERS Sponsors Corporation


FST File No.: P0335-2008

Date of Decision: May 7, 2010

Panel Members: Elizabeth Shilton, Chair; Ralph Scane; David A. Short

Parties to hearing: Susan McGrath
The Superintendent of Financial Services
OMERS Administration Corporation
OMERS Sponsors Corporation
Police Pensioners Association of Ontario
IATSE, Local 58

SUBJECT: PENSION BENEFITS ACT INTERPRETATION OF SECTION 14 PLAN AMENDMENTS
INDEXING PROVISIONS

Summary:

The OMERS Primary Pension Plan (the “Plan”) contained a provision indexing pensions to the Consumer Price Index (“CPI”). Prior to an amendment of the Plan the amount of indexing was achieved by comparing the CPI in September from one year to the next.

In October of 2007, the indexing provision of the Plan was amended. Under the new formula(the “Amendment”), the indexing amount was to be calculated by comparing the year-over year comparison of average monthly CPI increases for a 12 month period ending in October of each year. The Superintendent registered the Amendment.

The applicant requested a hearing in respect of the registration, claiming that the effect of the amendment was to reduce accrued pension benefits, and that the Amendment was therefore void under section 14 (1) of the Pension Benefits Act (“PBA”).

The Tribunal first found that the applicant had a “vested right” to indexation based on the previous method. As this was the case, the Tribunal turned to whether this accrued benefit had been reduced as a result of the Amendment and whether the Amendment was therefore void.

The Tribunal found that the appropriate time at which to judge whether or not the Amendment complied with section 14 was the date the Amendment was adopted, and not the later effective date of the Amendment, or the date expert reports were prepared for the hearing before the Tribunal. The Tribunal determined that, on the date the Amendment was adopted, it could not be said that the Amendment reduced accrued benefits or the commuted value of such benefits because on that date the future behaviour of inflation was not known and the value of future indexation adjustment under either method could not be calculated. In addition, actuarial evidence indicated that, on its face, the prior and subsequent calculation methods were actuarially equivalent and yielded the same amount of inflation protection over time.

The Tribunal found that the applicant had not convinced them that the Amendment reduced her accrued pension within the meaning of 14 (1) (b).

Request for Review

After the Tribunal dismissed her application the applicant filed two additional requests with the Tribunal. The first request, entitled “Suggestions for Clarifying Certain Issues in the Decision,” asked that the Tribunal make a number of corrections to the decision that it rendered, while the second request involved a formal Request for Review of the Tribunal’s order.

The Tribunal held that in determining whether to grant a request for review, it must consider, as a threshold matter, whether or not there are grounds for review. Because of the importance of finality in pension matters, the Tribunal determined that it should take a narrow approach to determining whether or not there are grounds for review. Accordingly, the Tribunal determined that it would not reconsider a decision unless an applicant demonstrates that it has new evidence or arguments that would be practically conclusive of the case which it could not have reasonable raised earlier.

In denying the applicant’s request for a review, the Tribunal held that the arguments put forth by the applicant were already made at the initial hearing where they were addressed in detail and rejected. Therefore, the request for review did not satisfy the threshold for review.

The Tribunal also dismissed the applicant’s “Suggestions for Clarifying Certain Issues in the Decision” because the Tribunal concluded that the matters raised by the applicant could not be categorized as corrections resulting from clerical errors. Instead, the matters raised by the applicant were more appropriately categorized as a request for supplementary reasons, which the Tribunal had no jurisdiction to issue once it had made a final decision.

Cases and Legislation Referred to:

Pension Benefits Act,R.S.O. 1990, c. P.8

Ontario Municipal Employees Retirement System Act, 2006,S.O. 2006 c. 2

Dinney v. Great West Life,2005 MBCA 36

Dayco (Canada( Ltd. v. CAW-Canada,[1993] 2 S.C.R. 230

Joseph v. Josep,[1996] 3 All E.R. 186

Jacobs Catalytic Ltd. v. International Brotherhood of Electrical Workers, Local 353, 2009 ONCA 749

Appeal:

There has been no appeal filed in this matter

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.


Susan McGrath c. le surintendant des services financiers, la Société d’administration d’OMERS et la Société de promotion d’OMERS

No de dossier du TSF : P0335-2008

Date des décisions : 26 mars 2010 et 7 mai 2010

Membres du comité : Elizabeth Shilton, présidente, Ralph Scane et David A. Short

Parties à l’audience : Susan McGrath
Surintendant des services financiers
Société d’administration d’OMERS
Société de promotion d’OMERS
Police Pensioners Association of Ontario
Section locale 58 de l’IATSE

OBJET : INTERPRÉTATION DE L’ARTICLE 14 DE LA LOI SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PORTANT SUR LA MODIFICATION D’UN RÉGIME DE RETRAITE
DISPOSITIONS RELATIVES À L’INDEXATION

Sommaire

Le régime de retraite principal d’OMERS (le « régime ») contenait une disposition selon laquelle les pensions étaient indexées en fonction de l’indice des prix à la consommation (l’« IPC »). Avant la modification du régime, on établissait le montant de l’indexation en comparant l’IPC de septembre d’une année à l’autre.

En octobre 2007, la disposition du régime concernant l’indexation a été modifiée. Selon la nouvelle formule (la « modification »), on calcule le montant de l’indexation en faisant une comparaison d’une année sur l’autre des augmentations mensuelles moyennes de l’IPC sur une période de 12 mois se terminant en octobre de chaque année. Le surintendant a enregistré la modification.

La requérante a demandé la tenue d’une audience concernant l’enregistrement parce que, selon elle, la modification avait pour effet de réduire les prestations de retraite accumulées et était donc nulle en vertu du paragraphe 14 (1) de la Loi sur les régimes de retraite.

Le Tribunal a d’abord conclu que la requérante avait un « droit acquis » à l’indexation calculée selon l’ancienne méthode. Il s’est ensuite penché sur la question de savoir si les prestations accumulées avaient été réduites à cause de la modification et si, par conséquent, celle-ci était nulle.

Le Tribunal a conclu que le moment approprié pour déterminer si la modification était conforme ou non à l’article 14 était la date de son adoption et non pas la date ultérieure de son entrée en vigueur ni la date où les rapports d’expert ont été établis en vue de l’audience devant le Tribunal. Ce dernier a déterminé que, au moment où la modification a été adoptée, on ne pouvait affirmer que la modification réduisait les prestations de retraite accumulées ni leur valeur de rachat parce qu’on ne connaissait pas l’évolution future de l’inflation et qu’il était impossible de déterminer le rajustement futur de l’indexation selon l’une ou l’autre méthode de calcul. En outre, à première vue, les éléments de preuve actuarielle indiquaient que la méthode de calcul antérieure et la nouvelle méthode étaient équivalentes sur le plan actuariel et offraient la même protection contre l’inflation à long terme.

Par ailleurs, la requérante n’a pas convaincu le Tribunal que la modification avait réduit le montant de sa pension accumulée au sens de l’alinéa 14 (1) b).

Demande de révision

Après le rejet de sa demande, la requérante en a déposé deux autres auprès du Tribunal. Elle a d’abord déposé un document intitulé Suggestions for Clarifying Certain Issues in the Decision (suggestions visant à éclaircir certaines questions dans la décision) dans lequel elle demandait au Tribunal d’apporter un certain nombre de corrections à la décision qu’il a rendue. Elle a ensuite déposé une demande officielle de révision de l’ordonnance prise par le Tribunal.

Le Tribunal s’est basé sur le fait que, pour évaluer si une demande de révision doit être accueillie ou non, il doit déterminer préalablement s’il existe ou non des motifs justifiant une révision. Compte tenu du caractère définitif des décisions relatives aux pensions, le Tribunal a décidé d’appliquer les règles de façon stricte afin d’évaluer si la révision était justifiée. Par conséquent, il a déterminé qu’il ne reviendrait sur sa décision que si la requérante disposait de nouveaux éléments de preuve ou arguments qui seraient concluants et qu’elle n’aurait pas raisonnablement pu présenter plus tôt.

En rejetant la demande de révision, le Tribunal a jugé que les arguments soulevés par la requérante avaient déjà été présentés à l’audience initiale, où ils ont été examinés en détail et rejetés. En conséquence, la demande de révision ne satisfaisait pas au test préliminaire qui justifie une révision.

De plus, le Tribunal a rejeté les suggestions de la requérante visant à éclaircir certaines questions dans la décision parce qu’il a conclu que les questions soulevées par la requérante ne portaient pas sur la correction d’erreurs d’écriture. Il s’agissait plutôt d’une demande de motifs supplémentaires, et le Tribunal n’a pas compétence pour en fournir une fois qu’il a rendu sa décision définitive.

Jurisprudence

Loi sur les régimes de retraite, L.R.O. 1990, chap. P.8
Loi de 2006 sur le Régime de retraite des employés municipaux de l’Ontario, L.O. 2006, chap. 2
Dinney c. Great West Life, 2005, Cour d’appel du Manitoba, 36
Dayco (Canada) Ltd. c. TCA-Canada, [1993] 2 R.C.S. 230
Joseph c. Joseph, [1996] 3 All E.R. 186
Jacobs Catalytic Ltd. c. International Brotherhood of Electrical Workers, Local 353, 2009, Cour d’appel de l’Ontario, 749

Appel

Aucun appel n’a été déposé dans cette affaire.

Le présent sommaire est offert à titre de service public et ne saurait constituer un avis juridique. De nombreux facteurs que nous ignorons peuvent avoir une incidence sur l’application de nos commentaires à votre cas particulier.