Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Wilson and Trustees of the Canadian Bricklayers & Allied Craft Union Members Pension Trust v. Supt of Financial Services & Board of Trustees of the Bricklayers & Trowel Trades International Pension Plan

Type/type:Pensions/Régime de retraite

Decision Date/Date de la décision:2007-04-24

Tribunal/tribunal:FST/TSF

 



Français

Kerry Wilson and Trustees of the Canadian Bricklayers and Allied Craft Union Members Pension Trust v. Superintendent of Financial Services and Board of Trustees of the Bricklayers & Trowel Trades International Pension Plan

FST File No.: P0259-2005

Panel members: Paul Litner, Heather Gavin, David Short

Parties to hearing: Board of Trustees of the Bricklayers & Trowel Trades International Pension Plan, Superintendent of Financial Services, Spar Aerospace Limited, Trustees of the Canadian Bricklayers and Allied Craft Union Members Pension Trust

Summary

The Respondent, the Board of Trustees of the Bricklayers & Trowel International Pension Plan (“IPF Canada”), brought a preliminary motion asserting that the Financial Services Tribunal (“FST”) did not have the jurisdiction to hear the case because the Applicant did not submit a timely request for the hearing. In addition, IPF Canada sought an order that the hearing be adjourned pending a decision by the Superintendent of Financial Services (the “Superintendent”) on whether to approve a partial wind up report.

The hearing arose from the Superintendent’s refusal to order a transfer of assets from the IPF Canada Plan to the Canadian Bricklayers and Allied Craft Union Members Pension Trust (“CMPT”) Plan. The dispute between the parties was whether, following the withdrawal of several union locals from the IPF Canada Plan, the benefits of the members of those withdrawing locals ought to be settled by way of partial wind up, as contended by the IPF Canada and the Superintendent, or by way of asset transfer to the CMPT Plan, as contended by the Applicant.

On March 17, 2005, a Pension Officer wrote to the Trustees of the CMPT Plan (the “Applicants”) and advised that the Financial Services Commission of Ontario (“FSCO”) would not require the administrator to transfer assets to the CMPT Plan as the Applicants had requested. The Applicants did not request a hearing in response to the March 17, 2005 letter from FSCO. Instead, by letter to the Pension Officer dated April 4, 2005, the Applicants requested that the Superintendent reconsider the decision set out in the March 17, 2005 letter.

By Notice of Proposal dated September 13, 2005 (the “NOP”), the Superintendent proposed to refuse to order an asset transfer from the IPF Canada Plan to the CMPT Plan. The Applicant’s request for a hearing was filed on September 27, 2005.

Tribunal Ruling

IPF Canada submitted that the Applicants’ asset transfer request was clearly declined by FSCO in its March 17, 2005 letter and that the NOP issued on September 13, 2005 was a reconsideration of FSCO’s March 17, 2005 decision and not the decision of the Superintendent which triggers hearing rights under s. 89 of the PBA. Both the Applicants and the Superintendent submitted that the NOP was not a reconsideration of a final decision, but rather the NOP is the decision that triggers hearing rights under s. 89 of the PBA.

The Tribunal held that FSCO’s Delegation Policy (FSCO Number 61) (which sets out the powers delegated by the Superintendent to FSCO staff), does not delegate to Pension Officers the authority to issue an NOP. The March 17, 2005 letter was found not to be a decision of the Superintendent triggering hearing rights because the Pension Officer who issued the letter did not possess authority to issue a NOP on behalf of the Superintendent. The NOP issued on September 13, 2005 was a decision of the Superintendent and it triggered explicit hearing rights under the PBA that were exercised by the Applicants within the prescribed 30 day time period. Accordingly the tribunal found that it had jurisdiction to hold the hearing.

In respect of IPF Canada’s adjournment request, IPF Canada argued that since the partial wind up request and report were filed prior to the date of the Applicants’ request for an asset transfer, the report must be fully dealt with prior to the Applicants’ asset transfer request. IPF Canada requested that the hearing be adjourned until after the Superintendent had decided whether or not to approve the report.

The Tribunal held that the Superintendent cannot be asked to approve the contents of the Report without knowing which members are included in the partial wind up, an issue that can only be resolved after the issue of whether a partial wind up or asset transfer is to occur.

The Tribunal held that the interests of the parties and the plan members would be best served if arguments relating to the choice between partial wind up versus asset transfer are made in the Tribunal’s hearing of the matter, after the parties had an opportunity to present all relevant evidence to the Tribunal. Without evidence as to the effect of the asset transfer or partial wind up on the members of the Plan the Tribunal was not willing to adjourn the proceeding, which would have delayed the resolution of the issue even further. The Tribunal concluded that the interests of economy and efficiency did not support the adjournment request.

Cases cited:

Horgan v. Ontario (Superintendent of Financial Services), (2000) 26 C.C.P.B. 237, Huus v. Ontario (Superintendent of Pensions), [2000] O.J. No. 2066 (Div. Ct.); aff’d [2002] O.J. No. 524 (C.A.)

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.



Kerry Wilson et les fiduciaires de la fiducie de retraite des participants au Canadian Bricklayers and Allied Craft Union c. le surintendant des services financiers et le conseil des fiduciaires du régime de retraite des Bricklayers & Trowel Trades International

No de dossier du TSF : P0259-2005

Membres du comité : Paul Litner, Heather Gavin et David Short

Parties à l’audience : Le conseil des fiduciaires du régime de retraite des Bricklayers & Trowel Trades International, le surintendant des services financiers, Spar Aerospace Limited et les fiduciaires de la fiducie de retraite des participants au Canadian Bricklayers and Allied Craft Union

Sommaire

L’intimé, le conseil des fiduciaires du régime de retraite des Bricklayers & Trowel International (« IPF Canada »), a déposé une motion préliminaire affirmant que le Tribunal des services financiers (le « TSF ») n’avait pas compétence pour entendre l’affaire parce que le requérant n’avait pas soumis la demande d’audience dans le délai imparti. De plus, IPF Canada a demandé une ordonnance imposant l’ajournement de l’audience en attendant que le surintendant des services financiers (le « surintendant ») décide s’il convient ou non d’approuver le rapport de liquidation partielle.

L’audience a fait suite au refus du surintendant d’ordonner le transfert d’éléments d’actifs du régime de retraite des Bricklayers & Trowel International (le « régime IPF Canada ») à la fiducie de retraite des participants au Canadian Bricklayers and Allied Craft Union (le « régime CMPT »). La question à la base du litige entre les parties consistait à déterminer si, après le retrait de plusieurs sections locales du régime IPF Canada, les prestations des participants à ces sections locales qui se sont retirées devraient être réglées par voie d’une liquidation partielle, comme le soutien IPF Canada et le surintendant, ou par voie d’un transfert d’actifs au régime CMPT, comme le soutient le requérant.

Le 17 mars 2005, un agent des régimes de retraite a écrit aux fiduciaires du régime CMPT (les « requérants ») pour les informer que la Commission des services financiers de l’Ontario (la « CSFO ») ne demanderait pas à l’administrateur de transférer des actifs au régime CMPT comme le souhaitaient les requérants. Plutôt que de demander une audience en réponse à la lettre du 17 mars 2005 de la CSFO, les requérants ont demandé, dans une lettre du 4 avril 2005 adressée à l’agent des régimes de retraite, que le surintendant réexamine la décision formulée dans la lettre du 17 mars 2005.

Dans un avis de proposition daté du 13 septembre 2005, le surintendant a proposé de refuser de rendre une ordonnance de transfert des éléments d’actif du régime IPF Canada au régime CMPT. La demande d’audience des requérants a été déposée le 27 septembre 2005.

Décision du Tribunal

IPF Canada a plaidé que la demande de transfert d’actifs des requérants avait été clairement rejetée par la CSFO dans sa lettre du 17 mars 2005 et que l’avis de proposition délivré le 13 septembre 2005 constituait un réexamen de la décision de la CSFO rendue le 17 mars 2005 et non pas la décision du surintendant qui donne lieu à des droits à une audience en vertu de l’article 89 de la Loi sur les régimes de retraite (LRR). Les requérants et le surintendant ont fait valoir que l’avis de proposition n’était pas un réexamen d’une décision définitive, mais plutôt la décision qui donne lieu à des droits à une audience en vertu de l’article 89 de la LRR.

Le Tribunal a statué que la Politique sur la délégation (numéro 61) de la CSFO, qui énonce les pouvoirs que le surintendant délègue au personnel de la CSFO, ne prévoit pas la délégation aux agents des régimes de retraite du pouvoir de délivrer un avis de proposition. La lettre du 17 mars 2005 ne constituait pas une décision du surintendant donnant lieu à des droits à une audience parce que l’agent des régimes de retraite qui a rédigé la lettre ne possédait pas le pouvoir délivrer un avis de proposition au nom du surintendant. L’avis de proposition du 13 septembre 2005 constituait une décision du surintendant et donnait lieu à des droits à une audience en vertu de la LRR que les requérants ont exercés dans le délai de 30 jours imparti. En conséquence, le Tribunal a conclu qu’il avait compétence pour tenir l’audience.

En ce qui concerne sa demande d’ajournement, IPF Canada a fait valoir que, comme la demande de liquidation partielle et le rapport de liquidation partielle ont été déposés avant la demande de transfert des actifs déposée par les requérants, le rapport doit être traité avant la demande de transfert des actifs. IPF Canada a demandé que l’audience soit ajournée jusqu’à ce que le surintendant décide s’il convient ou non d’approuver le rapport.

Le Tribunal a statué qu’on ne pouvait pas demander au surintendant d’approuver le contenu du rapport sans savoir quels participants sont visés par la liquidation partielle, question qui ne peut être résolue qu’une fois qu’on aura déterminé si la liquidation partielle ou le transfert des actifs aura lieu.

Le Tribunal a également statué que les intérêts des parties et des participants au régime concernés seraient mieux servis si les arguments concernant le choix entre une liquidation partielle et le transfert des actifs étaient exposés à l’audience du Tribunal sur cette affaire, après que les parties auront eu la possibilité de présenter tous les éléments de preuve pertinents au Tribunal. Comme il n’a entendu aucun témoignage sur l’effet que le transfert d’actifs demandé ou la liquidation partielle aurait sur les participants au régime, le Tribunal a refusé d’ajourner l’instance, car cela qui aurait retardé davantage le règlement de la question. Il a conclu que, au nom des principes de l’économie et de l’efficacité, il n’était pas justifié d’accepter la demande d’ajournement.

Décisions mentionnées
Horgan c. Ontario (Surintendant des services financiers), (2000) 26 C.C.P.B. 237
Huus c. Ontario (Superintendent of Pensions), [2000] O.J. No. 2066 (Div. Ct.); aff’d [2002] O.J. No. 524 (C.A.)

Ce sommaire est offert à titre de service public et ne doit pas être utilisé pour donner des avis juridiques. Nombreux sont les facteurs que nous ignorons et qui peuvent avoir une incidence sur l’application de nos commentaires à un cas en particulier.