Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Sutton v. Superintendent of Financial Services and AIG Assurance Canada

Type/type:Pensions/Régime de retraite

Decision Date/Date de la décision:2005-09-06

Tribunal/tribunal:FST/TSF

 



Français

Case Name/nom du dossier: Mary Sutton v. Superintendent of Financial Services and
AIG Assurance Canada - P0245-2004-1, P0245- 2004-2

Type/type: Pensions/Régime de retraite

Decision Date/Date de la 2005/06/06 (Disclosure)
décision: 2005/09/06 (Final)

Tribunal/Tribunal: FST/TSF


Mary Sutton v. Superintendent of Financial Services and AIG Assurance Canada

FST File No. P0092-1999

Date of decision: June 6, 2005 (Disclosure); September 6, 2005 (Final)

Panel members: Ralph Scane (Chair), Louis Erlichman, Martin Brown

Parties to hearing: Mary Sutton, Superintendent of Financial Services, AIG Assurance Canada

SUBJECT: DISCLOSURE
WIND UP UNDER CLAUSE 69(1)(a)
COSTS
Summary:

The original pension plan in this case was the Norwich Union Life Insurance Company Pension Plan for Salaried Employees (the “Norwich Plan”). At the relevant conversion and transfer date of May 1, 2001, the Norwich Plan was a defined benefit plan with actuarial surplus.

As at May 1, 2001, AIG Assurance Canada (“AIG”) purchased the shares of Norwich Union, and the name of the Norwich Plan was changed to the Pension Plan for AIG Assurance Canada Pension Plan for Salaried Employees (the “AIG Plan”).

Also as at May 1, 2001, AIG became a participating employer in the Commerce & Industry Insurance Company of Canada Pension Plan (the “Commerce Plan”), a defined contribution plan.

AIG applied to the Superintendent of Financial Services (the “Superintendent”) to convert the AIG Plan to a defined contribution plan effective May 1, 2001. Prior to the hearing, the Superintendent approved the conversion application in principle.

AIG also filed a merger application respecting the merger of the AIG Plan into the Commerce Plan effective May 1, 2001. As at the hearing date, the Superintendent had not yet made a decision with respect to that application.

Mary Sutton, a member who was affected by the transfer and conversion, asked the Superintendent to issue a Notice of Proposal to wind up the AIG Plan under clause 69(1)(a) of the Pension Benefits Act (the “PBA”), which states that the Superintendent may order a wind up of a plan where there is a cessation or suspension of employer contributions to the plan. The Superintendent issued a Notice of Proposal refusing to make this order because of subsection 81(1) of the PBA.

Mary Sutton then requested a hearing by the FST.

Disclosure Decision:

A disclosure motion was brought by Mary Sutton and was heard on May 31, 2005. The disclosure request was for all reports prepared by Norwich Union or AIG in their capacity as plan administrator related to the proposed conversion, the proposed merger, and the transfer of assets from the AIG Plan to the Commerce Plan.

On June 6, 2005, the FST issued a decision dismissing the motion. The FST held that the material sought was not “arguably relevant” (citing the test for disclosure set out by the FST in Monsanto Canada Inc.). “Arguably relevant” means that there must be some possibility that the disclosure could assist the panel in resolving the issues before it in the substantive application. In this case, the materials sought were not relevant to whether a wind up should be ordered under clause 69(1)(a) of the PBA. Acknowledging Mary Sutton’s concern that actuarial surplus from the Norwich Plan would be used to fund the employer’s contributions to the Commerce Plan, the requested disclosure was still too remote from the issue of whether the AIG Plan should be wound up.

There was no appeal from this decision.

Final Decision:

The hearing on the merits took place on June 27 and 28, 2005. The FST released its decision on September 6, 2005.

The hearing request was dismissed and the Superintendent was ordered to carry out the refusal in the Notice of Proposal. The panel held that there were no discretionary reasons for the Superintendent to order a wind up in this case, because the members continued to be employed and continued to accrue benefits. The fact that a wind up may result in the members receiving certain rights or benefits is not a reason in itself to order the wind up.

AIG requested costs payable by Mary Sutton, and Mary Sutton requested costs payable by AIG. The FST declined to make either order, finding that the circumstances in this case fell far short of the criteria for costs in the FST’s Rules of Practice and Procedure.
There was no appeal from this decision.

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.


Mary Sutton c. le surintendant des services financiers et Assurance AIG du Canada

No du dossier du TSF : P0092-1999

Date de la décision : Le 6 juin 2005 (divulgation); le 6 septembre 2005 (décision finale)

Membres du comité : Ralph Scane (président), Louis Erlichman, Martin Brown

Parties à l’audience : Mary Sutton, le surintendant des services financiers, Assurance AIG du Canada

OBJETS : DIVULGATION
LIQUIDATION PRÉVUE À L’ALINÉA 69 (1) a)
DÉPENS

Sommaire :

Le régime de retraite en cause était à l’origine le régime de retraite des employés salariés de la Norwich Union du Canada, Compagnie d’assurance-vie (le « régime de Norwich »). À la date pertinente de la conversion et du transfert, soit le 1er mai 2001, le régime de Norwich était un régime à prestations déterminées affichant un excédent actuariel.

Le 1er mai 2001, Assurance AIG du Canada (« AIG ») a acheté les actions de la Norwich Union, et le régime de Norwich a changé de nom pour devenir le régime de retraite des employés salariés d’Assurance AIG du Canada (le « régime d’AIG »).

Le 1er mai 2001 également, AIG est devenue un employeur participant au régime de retraite de la Compagnie d’assurances Commerce et Industrie du Canada (le « régime de Commerce »), régime à cotisations déterminées.

AIG a présenté au surintendant des services financiers (le « surintendant ») une demande en vue de convertir le régime d’AIG en un régime à cotisations déterminées à compter du 1er mai 2001. Avant l’audience, le surintendant a approuvé en principe la demande de conversion.

AIG a également déposé une demande visant la fusion du régime d’AIG avec le régime de Commerce au 1er mai 2001. À la date de l’audience, le surintendant n’avait pas encore pris de décision à l’égard de cette demande.

Mary Sutton, une participante touchée par le transfert et la conversion, a demandé au surintendant de délivrer un avis d’intention de liquider le régime d’AIG en vertu de l’alinéa 69 (1) a) de la Loi sur les régimes de retraite (la « LRR »), qui prévoit que le surintendant peut ordonner la liquidation d’un régime lorsqu’il y a cessation ou suspension des cotisations de l’employeur au régime. Le surintendant a délivré un avis d’intention de refuser de donner cet ordre en raison du paragraphe 81 (1) de la LRR.

Mary Sutton a alors demandé d’être entendue par le TSF.

Décision à l’égard de la divulgation

Mary Sutton a présenté une requête en divulgation qui a été entendue le 31 mai 2005. Cette requête visait tous les rapports préparés par la Norwich Union ou AIG en qualité d’administrateur du régime qui portaient sur la conversion proposée, la fusion proposée et le transfert de l’actif du régime d’AIG au régime de Commerce.

Le 6 juin 2005, le TSF a rendu une décision rejetant la requête. Le TSF a statué qu’on ne pouvait « soutenir la pertinence » des documents en cause (en citant le critère de divulgation défini par le TSF dans la décision Monsanto Canada Inc.). Pour que l’on puisse « soutenir la pertinence », il fallait qu’il y ait une certaine possibilité que la divulgation puisse aider le comité à résoudre les questions abordées dans la demande qui lui était présentée sur le fond. En l’espèce, les documents demandés n’étaient pas pertinents pour déterminer s’il fallait ordonner une liquidation en vertu de l’alinéa 69 (1) a) de la LRR. En dépit des inquiétudes de Mary Sutton quant au fait que l’excédent actuariel du régime de Norwich pourrait servir à financer les cotisations de l’employeur au régime de Commerce, la divulgation demandée demeurait trop éloignée de la question de savoir si le régime d’AIG devait être liquidé.

Cette décision n’a pas été portée en appel.

Décision finale

L’audience sur le fond a eu lieu les 27 et 28 juin 2005. Le TSF a rendu sa décision le 6 septembre 2006.

La demande faisant l’objet de l’audience a été rejetée et le surintendant a reçu l’ordre de mettre en œuvre le refus contenu dans l’avis d’intention. Le comité a statué que le surintendant n’avait pas de motifs discrétionnaires d’ordonner la liquidation en l’espèce, puisque les participants restaient employés et continuaient d’accumuler des prestations. Le fait qu’une liquidation puisse avoir pour résultat de conférer certains droits ou avantages aux participants n’est pas en soi une raison d’ordonner cette liquidation.

AIG a demandé des dépens payables par Mary Sutton, et Mary Sutton a demandé des dépens payables par AIG. Le TSF a refusé de rendre une ordonnance dans un sens ou dans l’autre, en jugeant que les circonstances en l’espèce étaient loin de remplir les critères d’adjudication de dépens prévus dans les Règles de pratique et de procédure du TSF.

Cette décision n’a pas été portée en appel.

Ce sommaire est offert à titre de service public et ne saurait constituer des avis juridiques. Nombreux sont les facteurs que nous ignorons et qui peuvent avoir une incidence sur l’application de nos commentaires à votre cas particulier.