Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Lennon et al. v. Rockwell Automation Canada Inc.

Type/type:Pensions/Régime de retraite

Decision Date/Date de la décision:2006-02-20

Tribunal/tribunal:FST/TSF

 



Français

Michael Lennon et al. v. Superintendent of Financial Services and Rockwell Automation Canada Inc.

FST File No.: P0051-1999

Date of decision: February 20, 2006

Panel members: Florence A. Holden (Chair), Heather Gavin, David A. Short

Parties to hearing: Michael Lennon, Superintendent of Financial Services, Rockwell Automation Canada Inc.

SUBJECT:TRANSFER OF ASSETS (s. 81)
JURISDICTION
ADJOURNMENT REQUEST
ADMISSION OF EVIDENCE
AGREED STATEMENT OF FACTS
AGREED BOOK OF DOCUMENTS/AFFIDAVITS/CERTIFICATE
MATTERS IN ISSUE
NATURAL JUSTICE/PROCEDURAL FAIRNESS

Summary:

An application was made to the Superintendent of Financial Services (the “Superintendent”) for consent to transfer assets from the Pension Plan for Salaried and Management Employees of Reliance Electric Limited (the “Reliance Plan”) to the Revised Retirement Plan for Employees of the Allen-Bradley Division of Rockwell International of Canada (now the Pension Plan for Employees of Rockwell Automation Canada Inc.) (the “Rockwell Plan”). The application was made under section 81 of the Pension Benefits Act (the “PBA”) and was effective as at October 1, 1997.

After receiving submissions from the parties, the Superintendent consented to the transfer on March 30, 1999. Michael Lennon (the “Applicant”), a former member of the Reliance Plan, requested a hearing.

A pre-hearing conference was held on July 6, 1999, but the proceeding was then adjourned sine die so that the Applicant could request the Superintendent to order the Reliance Plan wound up. The Superintendent refused to make this order in September 2000.

In late 2004, the Applicant requested that a pre-hearing conference be rescheduled. The hearing was eventually held on November 21, 2005.

On February 20, 2006, the panel released its decision, as follows:

Adjournment Request

The Applicant requested an adjournment of the hearing on the morning of the hearing date. The panel refused this request for four reasons:

      1. the Applicant had retained the same law firm since 1998. The original counsel from that firm had been ill for a number of months, and the current counsel from that firm had been on the case since October 27, 2005;
      2. the Applicant had already been granted an adjournment of the hearing date originally set for November 16, 2005. The Applicant had not indicated in that request that he would not be sufficiently prepared by November 21;
      3. the hearing dates had been set since September 2005, and the adjournment request was not made until the morning of November 21;
      4. Rockwell did not consent to the delay.

Jurisdiction

Rockwell had originally raised an issue that the panel had no jurisdiction to conduct the hearing because the PBA provides no express hearing right. The panel followed the Divisional Court’s decision in Baxter v. Ontario (Superintendent of Financial Services) (20040, O.J. No. 4909 in holding that there are four reasons why there is jurisdiction to conduct a hearing that arises from the Superintendent’s consent to a transfer of assets:
      1. the Legislature must have intended fair play so that both sides to a dispute would have a hearing right;
      2. the legislation contemplates that a hearing request may come from the employer or employee;
      3. the general scheme of the PBA is that the Tribunal has a supervisory role over the initial decisions of the Superintendent;
      4. citing Monsanto Canada Inc. v. Ontario (Superintendent of Financial Services) (2004) SCC 54, the PBA is public policy legislation intended to protect the benefits and rights of members and to ensure a balance between employee and employer interests. The panel noted that the PBA provides the right to a “hearing”, which is not as circumscribed as a right to an appeal.

Admission of Evidence

The Applicant had a number of documents that the other parties had not agreed to put in the Agreed Book of Documents. However, the Applicant was not calling any witnesses to authenticate these documents. The panel therefore refused to admit these documents into evidence.

Agreed Statement of Facts

The panel noted that the parties had not been able to prepare an Agreed Statement of Facts, but found that after hearing the evidence and reviewing the documents there were only minor areas of disagreement that did not affect the ultimate issues before it.

Agreed Book of Documents

The Applicant did not agree that one of the documents in the Agreed Book of Documents was the true 1980 Reliance Plan text. The panel found that this document was valid because the Applicant had no evidence to prove that it was “suspect”. In addition, Rockwell had filed two affidavits respecting the document’s validity, and the Superintendent had filed a Certificate under the Financial Services Commission of Ontario Act confirming that this was the plan text on file.

Matters in Issue

The matters in issue were agreed upon at the pre-hearing conference. The Applicant had restated one of the issues in his Submissions. The panel found that the parties were bound by the issues agreed to at the pre-hearing conference.

Transfer Issue

The Applicant claimed that it was a breach of the Reliance Plan trust to merge the Reliance Plan, which had over $8.4 million in surplus assets, with the Rockwell Plan which had surplus assets of $30,000.

The panel agreed that the Reliance Plan was subject to a trust. However, the terms of that trust permitted a merger with other pension plans through broad powers of amendment and through various definitions which made it clear that the Reliance Plan was open to new members and new employers. The panel found that a complete analysis in this regard included both the trust and plan documents.

The panel held that a broad general power of amendment without a clear impediment to a merger is sufficient to provide for a plan merger and a merger in these circumstances does not constitute a revocation of the trust.

The panel also held that surplus entitlement was irrelevant, because surplus does not crystallize on a plan merger. Surplus is not a “pension benefit” to be protected on a merger.

The panel held that the Court of Appeal’s decision in Aegon Canada Inc. v. ING Canada
Inc., (2003) O.J. No. 4755, did not apply to this case, because the terms of the Reliance Plan in this case permitted the merger. The panel held that the Court of Appeal’s previous decision in Re Heilig and Dominion Securities Pitfield Ltd. (1989), 67 O.R. (2d) 577 continued to be good law, that a pension plan with surplus could be merged with another pension plan with no surplus.
Therefore, the panel held that it was not a breach of trust to merge the Reliance Plan with the Rockwell Plan.

Natural Justice/Procedural Fairness

The Applicant also argued that the Superintendent’s consent was not valid because of a lack of natural justice or procedural fairness in the process leading up to the consent. The panel held that there was no evidence of this, as both the Applicant and Rockwell had the opportunity to make submissions to the Superintendent, and in fact made submissions.

Cases cited in decision:

Baxter v. Ontario (Superintendent of Financial Services) (2004), O.J. No. 4909 (Div. Ct.)
Monsanto Canada Inc. v. Ontario (Superintendent of Financial Services) (2004) SCC 54
Aegon Canada Inc. v. ING Canada Inc. (2002), 34 C.C.P.B. 1 (Ont. S.C.J.), affirmed (2003), 38 C.C.P.B. 1 (Ont. C.A.)
Schmidt v. Air Products of Canada (1994) 115 D.L.R. (4th) 631 (S.C.C.)
Re Heilig and Dominion Securities Pitfield Ltd. (1989), 67 O.R. (2d) 577 (Ont. C.A.)
Retirement Income Plan for Salaried Employees of Weavexx Corp. v. Ontario (1999), 24 C.C.P.B.154 (Div. Ct.); (2002), 24 C.C.P.B. 154 (C.A.)

N.B. Notice of Appeal was filed with the Ontario Divisional Court on March 14/06.

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.

Michael Lennon et al. c. le surintendant des services financiers et Rockwell Automation Canada Inc.

No du dossier du TSF : P0051-1999

Date de la décision : Le 20 février 2006

Membres du comité : Florence A. Holden (présidente), Heather Gavin, David A. Short

Parties à l’audience : Michael Lennon, le surintendant des services financiers, Rockwell Automation Canada Inc.

OBJETS : TRANSFERT DE L’ACTIF (art. 81)
COMPÉTENCE
DEMANDE D’AJOURNEMENT
ADMISSION DE LA PREUVE
EXPOSÉ CONJOINT DES FAITS
RECUEIL CONJOINT DE DOCUMENTS/AFFIDAVITS/CERTIFICAT
QUESTIONS EN LITIGE
JUSTICE NATURELLE/ÉQUITÉ DE LA PROCÉDURE

Sommaire :

Le surintendant des services financiers (le « surintendant ») a reçu une demande de consentement au transfert de l’actif du régime de retraite des employés salariés et cadres de la société Reliance Electric Limited (le « régime de Reliance ») au régime de retraite révisé du personnel d’Allen-Bradley Division de Rockwell International du Canada (qui est devenu le régime de retraite des employés de Rockwell Automation Canada Inc.) (le « régime de Rockwell »). Cette demande était présentée conformément à l’article 81 de la Loi sur les régimes de retraite (la « Loi ») et la date de validité était le 1er octobre 1997.

Après avoir reçu les observations des parties, le surintendant a consenti au transfert le 30 mars 1999. Michael Lennon (le « requérant »), un ancien participant au régime de Reliance, a demandé la tenue d’une audience.

Une conférence préparatoire à l’audience a été tenue le 6 juillet 1999, mais l’instance a ensuite été ajournée pour une période indéterminée, afin de permettre au requérant de demander au surintendant d’ordonner la liquidation du régime de Reliance. En septembre 2000, le surintendant a refusé de donner cet ordre.

À la fin de 2004, le requérant a demandé de fixer une autre date pour la conférence préparatoire à l’audience. L’audience a finalement eu lieu le 21 novembre 2005.

Le 20 février 2006, le comité a communiqué la décision suivante :

Demande d’ajournement

Le requérant a demandé l’ajournement de l’audience le matin de la date de celle-ci. Le comité a refusé cette demande pour quatre motifs :
a) Le requérant s’adressait au même cabinet d’avocats depuis 1998. L’avocat qui représentait initialement le requérant était malade depuis plusieurs mois et l’avocat actuellement chargé du dossier par le cabinet s’en occupait depuis le 27 octobre 2005.
b) Le requérant avait déjà obtenu le report de la date d’audience fixée initialement au 16 novembre 2005. Il n’avait pas indiqué alors qu’il ne serait pas prêt à reprendre l’instance le 21 novembre.
c) Les dates d’audience étaient fixées depuis le septembre 2005, et la demande d’ajournement n’avait pas été présentée avant le matin du 21 novembre.
d) Rockwell ne consentait pas à l’ajournement.

Compétence

Rockwell avait à l’origine remis en question la compétence du comité de tenir une audience parce que la Loi ne prévoit pas de droit exprès à une audience. Le comité a suivi la décision de la Cour divisionnaire dans l’affaire Baxter c. Ontario (Superintendent of Financial Services) (2004), O.J. No. 4909 en concluant à l’existence de quatre motifs pour lesquels il avait compétence pour tenir une audience relativement au consentement du surintendant à un transfert d’actif :
a) La législature voulait sans doute parvenir à un équilibre juste de sorte que toutes les parties à un litige aient droit à une audience.
b) La loi considère qu’une demande d’audience peut venir de l’employeur ou de l’employé.
c) Selon le cadre général de la Loi, le Tribunal a un rôle de surveillance sur les décisions initiales du surintendant.
d) Selon l’arrêt Monsanto Canada Inc. c. Ontario (Surintendant des services financiers), (2004), C.S.C. 54, la Loi est une loi d’intérêt public qui vise à protéger les prestations et les droits des participants et à assurer un équilibre favorable entre les intérêts des employés et ceux des employeurs. Le comité a noté que la Loi prévoit le droit à une « audience » et que celui-ci n’est pas aussi limité qu’un droit d’appel.

Admission de la preuve

Le requérant avait produit un certain nombre de documents que l’autre partie avait refusé d’insérer dans le recueil conjoint de documents. Il n’a toutefois pas appelé de témoins pour authentifier ces documents. Le comité a par conséquent refusé d’admettre ces documents en preuve.

Exposé conjoint des faits

Le comité a indiqué que les parties n’étaient pas parvenues à un exposé conjoint des faits, mais n’a trouvé, après avoir entendu les témoignages et examiné les documents, que de petites divergences, qui n’avaient aucun effet notable sur la résolution des questions dont il était saisi.

Recueil conjoint de documents

Le requérant refusait que l’un des documents du recueil conjoint de documents soit considéré comme le véritable texte du régime de Reliance de 1980. Le comité a conclu que ce document était valide parce que le requérant n’avait aucune preuve attestant qu’il était « suspect ». Par ailleurs, Rockwell avait déposé deux affidavits concernant l’authenticité du document, et le surintendant avait déposé un certificat, en vertu de la Loi sur la Commission des services financiers de l’Ontario, attestant qu’il s’agissait du texte du régime en dossier.

Questions en litige

Les questions en litige ont été convenues lors de la conférence préparatoire à l’audience. Le requérant a reformulé l’une d’elles dans ses observations. Le comité a conclu que les parties étaient liées par les questions convenues lors de la conférence préparatoire à l’audience.

Question du transfert

Le requérant prétendait que la fusion du régime de Reliance, qui avait un excédent d’actif de plus de 8,4 millions de dollars, avec le régime de Rockwell, qui avait un excédent d’actif de 30 000 $, constituait une violation de la fiducie du régime de Reliance.

Le comité a convenu que le régime de Reliance était assujetti à une fiducie. Cependant, les conditions de cette fiducie autorisaient une fusion avec d’autres régimes de retraite en prévoyant d’amples pouvoirs de modification et différentes définitions qui indiquaient clairement que le régime de Reliance était ouvert à de nouveaux participants et à de nouveaux employeurs. Le comité a conclu qu’une analyse exhaustive portait sur les documents de la fiducie et du régime.

Le comité a statué que d’amples pouvoirs généraux de modification du régime sans restrictions claires sont suffisants pour permettre la fusion de régimes et ne constituent pas en soi une révocation de fiducie.

Le comité a également conclu que la question du droit à l’excédent n’était pas pertinente, parce que l’excédent ne se cristallise pas à l’occasion d’une fusion de régimes. L’excédent n’est pas une « prestation de retraite » qui doit être protégée en cas de fusion.

Le comité a statué que la décision de la Cour d’appel dans l’affaire Aegon Canada Inc. c. ING Canada Inc., (2003) O.J. No. 4755, ne s’appliquait pas en l’espèce parce que les conditions du régime de Reliance autorisaient la fusion. Le comité a statué que l’arrêt antérieur de la Cour d’appel Re Heilig and Dominion Securities Pitfield Ltd. (1989), 67 O.R. (2d) 577, selon laquelle un régime de retraite en situation d’excédent pouvait être fusionné avec un autre régime de retraite n’étant pas dans la même situation, continue d’être utile en droit.

Par conséquent, le comité a statué que la fusion du régime de Reliance avec le régime de Rockwell ne constituait pas une violation de fiducie.

Justice naturelle/équité de la procédure

Le requérant avançait en outre que le consentement du surintendant n’était pas valide en raison d’un déni de justice naturelle ou d’une iniquité de la procédure menant au consentement. Le comité a statué qu’aucun élément de preuve n’avait été produit à cet égard et que le requérant et Rockwell avaient eu l’occasion de présenter et avaient effectivement présenté des observations au surintendant.

Jurisprudence citée :

Baxter c. Ontario (Superintendent of Financial Services) (2004), O.J. No. 4909 (Cour div.)
Monsanto Canada Inc. c. Ontario (Surintendant des services financiers), (2004), CSC 54
Aegon Canada Inc. c. ING Canada Inc. (2002), 34 C.C.P.B. 1 (C.S.J. de l’Ont.), confirmé (2003), 38 C.C.P.B. 1 (C. A. de l’Ont.)
Schmidt c. Air Products of Canada (1994) 115 D.L.R. (4th) 631 (C.S.C.)
Re Heilig and Dominion Securities Pitfield Ltd. (1989), 67 O.R. (2d) 577 (C. A. de l’Ont.)
Retirement Income Plan for Salaried Employees of Weavexx Corp. c. Ontario (1999), 24 C.C.P.B. 154 (Cour div.); (2002), 24 C.C.P.B. 154 (C.A.)

N.B. Une notification de l'appel a été classée avec la cour divisionnaire d'Ontario le 14 mars 2006.

Ce sommaire est offert à titre de service public et ne saurait constituer des avis juridiques. Nombreux sont les facteurs que nous ignorons et qui peuvent avoir une incidence sur l’application de nos commentaires à votre cas particulier.