Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:General Motors of Canada Limited v. Ontario (Superintendent Financial Services)

Type/type:Pensions/Régime de retraite

Decision Date/Date de la décision:2014-11-12

Tribunal/tribunal:FST/TSF

 



Français

General Motors of Canada Limited v. Ontario (Superintendent Financial Services)

Panel Members: Elizabeth Shilton (Chair); Bethune Whiston; Patrick Longhurst

Parties to hearing: General Motors of Canada Limited; Superintendent of Financial Services; CAMI Automotive Members Indexing Committee

SUBJECT: ANCILLARY BENEFITS

INDEXATION

PENSION BENEFITS

Summary

The CAMI Automotive Inc. Pension Plan for Salaried Employees (the “Plan”) was established effective January 1, 1988 by CAMI Automotive Inc. The Plan was amended in 1995 to add a defined benefit component which included an indexation provision the scope of which was in issue in the hearing.

Based on the Superintendent’s interpretation of the 1995 Plan text, the Superintendent issued a Notice of Intended Decision (the “NOID”) proposing to order that the Plan be administered by applying the indexation provision to all years of credited service, regardless of whether or not the member retires from active employment, and without regard to certain specified amendments which purported to limit indexation to members who retired from active employment. The NOID also proposed to revoke the registration of the amendments (including a 2011 amendment) which purported to limit indexation to members who retired from active employment. GMCL requested a hearing. In the decision, the Tribunal considered two issues. First, whether the 1995 Plan text extended the indexation benefit to all members or only to members who retired from active employment. Second, the Tribunal considered whether or not the indexation benefit in the 1995 Plan text was a “pension benefit” within the meaning of the Pension Benefits Act (the “PBA”).

On the first issue, the Tribunal held that under the terms of the 1995 Plan, all members are entitled to the indexation benefit, regardless of whether they retire from active employment or are retirement eligible.

In coming to this conclusion, the Tribunal considered the indexation provision within the context of the Plan as a whole including the plan provisions which set out the entitlements of members who terminate prior to retirement. This provision provided for a deferred pension and cross-referenced the entitlements under the retirement provision of the Plan including the indexation provision. The Tribunal held that the proper interpretation of the Plan depends on an assumption that “if terms are present in a clause, they are intended to have meaning” and where they can be given be reasonable and logical meaning within the entire context of the Plan, it must be assumed that the meaning was intended.

The Tribunal determined that the extrinsic evidence as to the administrator’s past practice and the actuarial treatment of the benefits in question did not alter this result because it was incomplete, and unilateral in the sense that it only expressed the Applicant’s intent. Further, evidence of the drafting history was rejected because it was ambiguous and was not evidence about the objective meaning of the actual provisions in the Plan text.

On the second issue, the Tribunal determined that the indexation benefit was a “pension benefit” under the PBA. To make this determination, it was accepted that a benefit is either a “pension benefit” or an “ancillary benefit” but not both.

While “ancillary benefit” is not a defined term under the PBA, the Tribunal held that section 40(1) of the PBA provides an exhaustive list of ancillary benefits. Indexation is not listed in section 40(1), therefore, it is not an ancillary benefit and must be a pension benefit. This analysis avoids the circularity inherent in the Applicant’s position whereby it is argued that the indexation benefit is not a pension benefit, and therefore not subject to the gradual and uniform requirement precisely because it is not gradual and uniform.

The conclusion that section 40(1) is an exhaustive list is consistent with the grammar and structure of the section and assigns a statutory purpose to the section. Further, it ensures the exclusions from the statutory protections that are applicable only to pension benefits are carefully circumscribed. Finally, the Tribunal held that permitting a pension plan to provide unlimited ancillary benefits not on the list in section 40(1) would result in ancillary benefits not being subject to the funding requirements of the Regulation. It was held that this could not have been the legislature’s intent and that the PBA and the regulations form an integrated scheme regarding ancillary benefits.

A determination as to what action the Tribunal should direct the Superintendent to take was previously deferred on the agreement of the parties, pending the outcome of this phase of the hearing.

Cases cited: Monsanto Canada Inc. v. Ontario (Superintendent of Financial Services) 2004 SCC 54; Navistar Canada Inc. v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2014 ONFST 8; Sattva Capital Corporation v. Creston Moly Corp, 2014 SCC 3; McGrath v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2010 ONFST 5; Dinney v. Great-West Life Assurance Co., et al, 2005 MBCA 36


General Motors of Canada Limitée c. Ontario (Surintendant des services financiers)

FST File No./No du greffe : P-0530-2013-1

Date of decision/Date de la décision : November 12, 2014/12 novembre 2014

Panel Members/Membres du tribunal : Elizabeth Shilton (Chair/présidente); Bethune Whiston; Patrick Longhurst

Parties to hearing/Parties à l’audience : General Motors of Canada Limited; Superintendent of Financial Services; CAMI Automotive Members Indexing Committee/
General Motors of Canada Limitée; Surintendant des services financiers; Comité de l’indexation des prestations des participants au régime de CAMI Automotive

SUBJECT/OBJET : ANCILLARY BENEFITS/PRESTATIONS ACCESSOIRES

INDEXATION

PENSION BENEFITS/PRESTATIONS

Résumé (français)

Le régime de retraite des employés salariés de CAMI Automotive Inc. (le « régime ») a été établi le 1er janvier 1988 par CAMI Automotive Inc. Il a été modifié en 1995 pour y ajouter un volet à prestations déterminées, lequel incluait une disposition d’indexation. La portée de cette disposition a fait l’objet d’un examen à l’audience.

D’après son interprétation du libellé du régime de 1995, le surintendant a émis un avis d’intention de prendre une décision (l’« avis ») en vue d’assujettir l’administration du régime à l’application de la disposition d’indexation à toutes les années de service reconnues, que le participant se soit retiré ou non d’un emploi actif et sans égard à certaines modifications précisées qui visaient à restreindre l’indexation aux participants s’étant retirés d’un emploi actif. L’avis proposait également de radier l’enregistrement de modifications (y compris une modification datant de 2011) qui visaient à restreindre l’indexation aux participants s’étant retirés d’un emploi actif. General Motors of Canada Limitée (GMCL) a demandé une audience. Dans sa décision, le Tribunal a considéré deux questions : premièrement, si le libellé du régime de 1995 accordait une indexation des prestations à tous les membres ou seulement à ceux s’étant retirés d’un emploi actif; deuxièmement si les prestations indexées en vertu du libellé du régime de 1995 étaient des « prestations de retraite » au sens de la Loi sur les régimes de retraite (la « LRR »).

En ce qui a trait à la première question, le Tribunal a conclu que, aux termes du régime de 1995, tous les participants ont droit à l’indexation des prestations, sans égard à leur retrait d’un emploi actif ou de leur admissibilité à la retraite.

Pour en arriver à cette conclusion, le Tribunal a examiné la disposition d’indexation dans le contexte du régime en entier, y compris la clause précisant que les participants en cessation d’emploi avant la retraite sont aussi admissibles. Cette disposition prévoyait une pension différée et renvoyait aux droits conférés en vertu des dispositions sur les prestations de retraite du régime, y compris celle sur l’indexation. Le Tribunal a conclu qu’il convenait d’interpréter le régime en présumant que [traduction] « si une clause contient des modalités, celles-ci doivent avoir une signification », et que si, dans le contexte entier du régime, cette signification paraît raisonnable et logique, on peut supposer que le sens conféré était voulu.

Le Tribunal a déterminé que la preuve extrinsèque, selon la pratique passée de l’administrateur et le traitement actuariel des prestations en question, ne modifiait nullement ce résultat parce qu’elle était incomplète et unilatérale, dans la mesure où elle exprimait uniquement l’intention du requérant. De plus, la preuve reposant sur la genèse du texte a été rejetée parce qu’elle était ambiguë et n’appuyait pas une signification objective des dispositions réelles du libellé du régime.

Quant à la seconde question, le Tribunal a déterminé que la prestation indexée était une « prestation de retraite » aux termes de la LRR. Pour trancher cette question, il a été convenu qu’une prestation est une « prestation de retraite » ou une « prestation accessoire », mais pas les deux.

Bien que la LRR ne définisse pas l’expression « prestation accessoire », le Tribunal a conclu que l’article 40(1) de cette loi contient une liste exhaustive de telles prestations. L’indexation ne figurant pas dans la liste à l’article 40(1), elle n’est pas une prestation accessoire, mais bien une prestation de retraite. Cette interprétation évite tout problème de circularité inhérent à la position du requérant, en vertu de laquelle il est soutenu que la prestation indexée n’est pas une prestation de retraite et, par le fait même, n’est pas assujettie à une indexation graduelle et uniforme précisément parce qu’elle n’est ni graduelle ni uniforme.

La conclusion selon laquelle l’article 40(1) est une liste exhaustive correspond à la syntaxe et à la structure de l’article et confère un but statutaire à celui-ci. En outre, elle permet de bien circonscrire les exclusions aux mesures de protection prévues qui ne s’appliquent qu’aux prestations de retraite. Enfin, le Tribunal a conclu que le fait de permettre à un régime de retraite de prévoir des prestations accessoires non limitées ne figurant pas dans la liste à l’article 40(1) ferait en sorte que ces prestations échapperaient aux exigences de financement du règlement. Il a été établi que cela ne pouvait avoir été l’intention du législateur et que la LRR et son règlement formaient un texte intégré en ce qui a trait aux prestations accessoires.

La décision quant à la mesure que le Tribunal devrait enjoindre le surintendant à prendre a été différée après accord des parties, en attendant l’issue de cette étape de l’audience.

Jurisprudence citée : Monsanto Canada Inc. c. Ontario (Surintendant des services financiers) 2004 CSC 54; Navistar Canada Inc. c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2014 TSF de l’Ont. 8; Sattva Capital Corporation c. Creston Moly Corp., 2014 CSC 3; McGrath c. Ontario (Surintendant des services financiers), 2010 TSF de l’Ont. 5; Dinney c. Great-West Life Assurance Co. et al., 2005 MBCA 36

Le présent résumé est offert à titre de service public. Il ne doit pas être interprété comme contenant des conseils juridiques. Un grand nombre de facteurs inconnus déterminent l'application des déclarations ou commentaires formulés dans le résumé à chaque situation personnelle.