Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Sultan Investments Realty Ontario Corporation v. Superintendent of Financial Services

Type/type:Mortgage Brokers/Courtiers en hypothèque

Decision Date/Date de la décision:2012-05-04

Tribunal/tribunal:FST/TSF

 



Français

Sultan Investments Realty Ontario Corporation v. Superintendent of Financial Services

FST File No.: M0481-2011

Panel Members: Denis Boivin, Jeffrey Richardson, Heather Gavin

Parties to hearing: Sultan Investments Realty Ontario Corporation, Superintendent of Financial Services

Subject: Notice of Proposal issued by Superintendent to impose an administrative monetary penalty (“AMP”) of $1,500 for failure to have E&O coverage on one occasion.

Summary

The Superintendent issued a notice of proposal to impose an AMP of $1,500 on Sultan Investments Realty Ontario Corporation, a licensed mortgage brokerage, for failure to have errors and omissions insurance in place at all times while licensed.

The proposal noted that the brokerage failed to have E&O coverage for a period of approximately five and a half months. The brokerage requested a hearing before the FST. Although a Notice of Hearing was sent to the brokerage at the address it had provided to the Tribunal, neither the brokerage nor any representative attended the hearing. Attempts to contact the brokerage through its principal broker were unsuccessful and the hearing proceeded in the absence of the brokerage.

Upon considering the evidence presented by the Superintendent, the FST concluded that the brokerage failed to maintain E&O coverage for a five and half month period while licensed. The FST upheld the Superintendent’s proposal and directed the Superintendent to impose an AMP of $1500. The FST held that the imposition of a penalty was appropriate because there was a violation of a requirement established under the Act, and a penalty would serve the purpose of promoting compliance with the Act, and prevent the brokerage from deriving an economic benefit from its failure to comply.

With respect to the amount of the penalty, the FST considered the 5 criteria contained in O. Reg. 192/08, the administrative penalties regulation. That regulation provides that only those 5 criteria shall be taken into account in determining the amount of the AMP. Taking those criteria into account, the FST concluded that the amount proposed by the Superintendent was appropriate and ordered the Superintendent to impose and AMP of $1,500 on the brokerage.

Case referred to: Millennium Mortgage Corporation v. Superintendent of Financial Services (FST Decision No. M0365-2009-1)


This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.


Nom du dossier : Sultan Investments Realty Ontario Corporation v. Superintendent of Financial Services / Sultan Investments Realty Ontario Corporation c. Surintendant des services financiers

Type : Courtiers en hypothèques

Date de la décision : 4 mai 2012

Tribunal : TSF

Dossier TSF no : M0481-2011

Membres du comité d’audition : Denis Boivin, Jeffrey Richardson, Heather Gavin

Parties à l’audience : Sultan Investments Realty Ontario Corporation; le surintendant des services financiers

Objet : Avis d’intention du surintendant visant à imposer une pénalité administrative pécuniaire de 1 500 $ pour défaut de maintenir une assurance responsabilité civile professionnelle.

Sommaire :

Le surintendant a émis un avis d’intention d’imposer une pénalité administrative de 1 500 $ à Sultan Investments Realty Ontario Corporation, une maison de courtage autorisée, pour omission de maintenir en tout temps une assurance responsabilité civile (R.C.) professionnelle.

L’avis d’intention indiquait que l’entreprise n’avait pas maintenu l’assurance pendant une période d’environ 5 mois et demi. La maison de courtage a demandé une audience devant le Tribunal des services financiers (le « Tribunal »). Bien que l’avis d’audience ait été envoyé à la maison de courtage à l’adresse fournie par elle, aucun représentant de l’entreprise n’était présent à l’audience. Les tentatives de contact par l’entremise du courtier principal n’ont pas abouti. L’audience s’est donc déroulée en l’absence de représentants de la maison de courtage.

Après avoir pris en considération les éléments de preuve présentés par le surintendant, le Tribunal a conclu que la maison de courtage n’a pas maintenu d’assurance R.C. professionnelle pendant une période de 5 mois et demi, alors qu’elle détenait un permis. Le Tribunal a maintenu l’intention du surintendant, ordonnant à celui-ci d’imposer une pénalité administrative de 1 500 $. Le Tribunal a déterminé qu’il était approprié d’imposer une pénalité du fait qu’il y avait eu violation d’une exigence établie en application de la Loi de 2006 sur les maisons de courtage d’hypothèques, les prêteurs hypothécaires et les administrateurs d’hypothèques (la « Loi »), ayant aussi jugé qu’une pénalité a pour but de promouvoir la conformité à la Loi et d’empêcher, par ailleurs, que la maison de courtage tire un avantage financier de son manquement à l’obligation de maintenir l’assurance.

Pour ce qui est du montant de pénalité attribué, le Tribunal a fondé sa décision sur les 5 critères stipulés dans le Règlement de l’Ontario 192/08, Pénalités administratives. Le règlement prévoit que seuls ces 5 critères doivent être pris en considération pour fixer le montant de la pénalité. Compte tenu de ces critères, le Tribunal a conclu que le montant proposé par le surintendant était approprié et a ordonné à celui-ci de donner suite à son intention d’imposer une pénalité administrative de 1 500 $.

Décisions citées :

Millennium Mortgage Corporation c. Surintendant des services financiers (Décision TSF no M0365-2009-1)

Le présent résumé est offert à titre de service public. Il ne doit pas être interprété comme contenant des conseils juridiques. Un grand nombre de facteurs inconnus déterminent l'application des déclarations ou commentaires formulés dans le résumé à chaque situation personnelle.