Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:PPG Canada Inc. v. Ontario (Superintendent Financial Services)

Type/type:Pensions/Régime de retraite

Decision Date/Date de la décision:2015-04-20

Tribunal/tribunal:FST/TSF




Français

PPG Canada Inc. (“PPG”) carried on a business of automotive glass manufacturing at facilities located in Oshawa and Hawkesbury until about October 1, 2008 when the business was sold to Pittsburgh Glass Works LLC (“PGW”). Unifor is the successor to the trade union that held bargaining rights for PPG employees at these facilities. PPG’s employees were members of the PPG Canada Inc. Duplate Division – C.A.W. Pension Plan (the “Plan”). Effective October 1, 2008, PGW established a mirror pension plan as a successor to the Plan. However, benefit entitlements for service prior to October 1, 2008 remained an obligation of the PPG Plan.

PGW subsequently announced the closure of the Oshawa facility, effective February 27, 2009, and the Hawkesbury facility, effective August 31, 2010. PGW declared a full wind up for the PGW plan which triggered partial wind ups of the Plan effective on the closure dates. PPG filed wind up reports which attributed no value to an unreduced early retirement benefit since it took the view that no Plan members were entitled to it on wind up.

The Superintendent issued a Notice of Intended Decision (the “NOID”) on March 26, 2014, intending not to approve the partial wind up reports. The NOID proposed to make an order requiring the filing of new wind up reports considering and reflecting the value of the early unreduced retirement benefit for members affected by the partial wind up who met the age and service requirements for the receipt of the benefit or were eligible grow into them under the Pension Benefits Act (the “PBA”). PPG requested a hearing.

PPG objected to the jurisdiction of the Tribunal to deal with the matter arguing that a labour arbitrator had exclusive jurisdiction. PPG also argued that the benefit in question was not payable on plant closure and that it was not subject to the consent of the employer. PPG asserted that its position was supported by the Plan wording and the past practice of the parties. As a result, the consent benefit provisions of the PBA did not apply and the benefit was not payable on wind up.

The Tribunal held that, to the contrary, the Superintendent had exclusive jurisdiction to approve or not to approve a wind up report. Thus, there could be no question of deferral to a labour arbitrator on the issue of the approval of the wind up reports. Although unnecessary in light of this finding, the Tribunal noted that the PBA does not permit the Superintendent to defer to another statutory body on this issue.

On the merits, the Plan’s early unreduced retirement benefit provided that an employee “may be retired at the option of the Company or under mutually satisfactory conditions. Loss of employment due to the closing of a plant or a complete or partial discontinuance of operations shall not be construed as retirement at the option of the Company.” The Tribunal held that on the plain wording of the Plan, retirement “under mutually satisfactory conditions” continues to apply on plant closure. Evidence of collective bargaining history or plant closure discussions was not sufficient to establish a mutual intention to the contrary.

Accordingly, the early unreduced retirement benefit is subject to the consent of the employer. The Tribunal rejected PPG’s argument that the mutuality in the benefit requires agreement between the Union and the employer, rather than the employer and the employee. The Tribunal held that “mutually satisfactory conditions” does not have any special meaning. Instead, the wording refers to conditions which are agreeable both to the employer and to the retiring Plan member. Accordingly, the benefit requires the employer’s consent and is a consent benefit to which the deemed consent provision in subsection 74(7) of the PBA applies.

PPG argued that eligibility for the benefit was governed by a letter of understanding (the “LOU”) and that members must fall into the category addressed by the LOU in order to qualify for the early unreduced retirement benefit. The Tribunal held that the wording of the LOU does not purport to place limits on the benefit nor does it appear to fetter PPG’s discretion. The LOU did not create an eligibility requirement for the benefit and appeared to operate simply as a guide to the exercise of PPG’s discretion in one specific type of case. On this point, too, evidence of past practice was not persuasive.

Finally, the Tribunal held that Plan members who qualified for grow in rights were also entitled to the early unreduced retirement benefit. Accordingly, PPG was directed to file new wind up reports reflecting the value of the early unreduced retirement benefit.

Cases cited: Weber v. Ontario Hydro, [1995] 2 S.C.R. 929; Québec (Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse v. Québec (A.G.), 2004 SCC 39 (CanLII), [2004] 2 S.C.R. 185; Regina Police Assn. v. Regina Police Commrs., 2000 SCC 14 (CanLII), [2000] 1 S.C.R. 360; Bisaillon v. Concordia University, 2006 SCC 19 (CanLII), [2006] 1 S.C.R. 666; Parry Sound Social Services v. O.P.S.E.U., 2003 SCC 42 (CanLII), [2003] 2 S.C.R. 157; Tranchemontagne v. Ontario (Director, Disability Support Program), 2006 SCC 14 (CanLII), [2006] 1 S.C.R. 513; Caterpillar of Canada Ltd. v. Ontario (Superintendent of Pensions), 1996 Carswell Ont 5327; Sutherland v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2013 ONFST 1 (CanLII); General Motors of Canada Limited v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2014 ONFST 11 (CanLII); John Bertram and Sons Company v. International Association of Machinists, Local 1740, (1967) 18 L.A.C. 362; Navistar Canada Inc. v. Ontario (Superintendent Financial Services), 2014 ONFST 8 (CanLII); Goodyear Canada Inc. v. U.R.W, 1989 CarswellOnt 3267

This summary is offered as a public service and should not be relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.


PPG Canada Inc. c. Ontario (surintendant des services financiers de l')

No de dossier du TSF : P0542-2014-1

Date de la décision : 20 avril 2015

Membres du comité d'audition : Elizabeth Shilton (présidente), Jennifer Brown, Bethune Whiston

Parties à l'audience : PPG Canada Inc.; le surintendant des services financiers; Unifor et ses sections locales 222 et 1661

OBJET : PRESTATIONS SUR CONSENTEMENT

COMPÉTENCE

LIQUIDATION

Sommaire

PPG Canada Inc. (« PPG ») exerçait des activités de fabrication de vitres d'automobiles dans des usines situées à Oshawa et Hawkesbury jusqu'au 1er octobre 2008, date à laquelle l'entreprise a été vendue à Pittsburgh Glass Works LLC (« PGW »). Unifor est le syndicat qui a succédé au syndicat qui détenait les droits de négociation pour les employés de PPG dans ces lieux de travail. Les employés de PPG étaient participants au régime de retraite appelé PPG Canada Inc. Duplate Division – C.A.W. Pension Plan (le « Régime »). À compter du 1er octobre 2008, PGW a établi un régime de retraite semblable pour succéder au Régime. Toutefois, les droits aux prestations pour service accumulés avant le 1er octobre 2008 demeuraient l'obligation du régime de PPG.

PGW a ensuite annoncé la fermeture de l'usine d'Oshawa, avec effet au 27 février 2009, et de l'usine de Hawkesbury, avec effet au 31 août 2010. PGW a déclaré une liquidation totale pour le régime de PGW qui a provoqué des liquidations partielles du Régime avec effet aux dates de fermeture des usines. PPG a déposé des rapports de liquidation qui n'attribuaient aucune valeur à des prestations de retraite anticipée non réduites, car il estimait qu'aucun participant au Régime n'y avait droit à la liquidation.

Le surintendant a délivré un avis d'intention de rendre une décision le 26 mars 2014, dans lequel il annonçait son intention de ne pas approuver les rapports de liquidation partielle. L'avis d'intention proposait de rendre une ordonnance exigeant le dépôt de nouveaux rapports de liquidation tenant compte de la valeur des prestations de retraite anticipée non réduites pour les participants touchés par la liquidation partielle qui remplissaient les exigences d'âge et d'ancienneté pour recevoir des prestations ou qui étaient admissibles à les accumuler en vertu de la Loi sur les prestations de retraite (la « LPR »). PPG a demandé une audience.

PPG a contesté la compétence du Tribunal de traiter l'affaire en faisant valoir qu'un arbitre des relations de travail avait compétence exclusive à cet égard. PPG a également soutenu que les prestations en question n'étaient pas payables au moment de la fermeture de l'usine et qu'elles n'étaient pas assujetties au consentement de l'employeur. PPG a affirmé que cette position était étayée par le libellé du Régime et la pratique antérieure des parties. En conséquence, les dispositions de la LRR sur les prestations sur consentement ne s'appliquaient pas et les prestations n'ont pas été payables à la liquidation.

Le Tribunal a déclaré qu'au contraire, le surintendant avait compétence exclusive pour approuver ou ne pas approuver un rapport de liquidation. Ainsi, il n'était pas question de renvoi à un arbitre des relations de travail au sujet de la question de l'approbation des rapports de liquidation. Bien que cela ne soit pas nécessaire à la lumière de cette conclusion, le Tribunal a noté que la LRR n'autorisait pas le surintendant à renvoyer devant un autre organe légal la question en cause.

Sur le fond, les dispositions du Régime sur les prestations de retraite anticipée non réduites prévoyaient qu'un employé « peut être mis à la retraite sur décision de la société ou en vertu de conditions mutuellement satisfaisantes. La perte d'un emploi en raison de la fermeture d'une usine ou d'un arrêt complet ou partial des activités ne doit pas être interprétée comme un départ à la retraite sur décision de la société. » Le Tribunal a déclaré que selon le libellé simple du Régime, le départ à la retraite « dans des conditions mutuellement satisfaisantes » continue de s'appliquer en cas de fermeture d'usine. Des preuves sur des antécédents de négociation collective ou de discussions sur la fermeture de l'usine n'étaient pas suffisantes pour établir l'intention mutuelle du contraire.

En conséquence, les prestations de retraite anticipée non réduites sont assujetties au consentement de l'employeur. Le Tribunal a rejeté l'argument de PPG selon lequel le caractère mutuel des prestations exigeait une entente entre le syndicat et l'employeur, plutôt qu'entre l'employeur et l'employé. Le Tribunal a déclaré que l'expression « conditions mutuellement satisfaisantes » n'avait pas de sens spécial. Au contraire, le libellé renvoie à des conditions qui sont acceptables par l'employeur et le participant au Régime qui part à la retraite. En conséquence, les prestations sont assujetties au consentement de l'employeur et il s'agit de prestations sur consentement auxquelles s'applique la disposition sur le consentement réputé du paragraphe 74 (7) de la LRR.

PPG a soutenu que l'admissibilité aux prestations était réglementée par une lettre d'entente et que les participants devaient entrer dans la catégorie décrite dans la lettre d'entente afin de pouvoir qualifier pour des prestations de retraite anticipée non réduites. Le Tribunal a soutenu que le libellé de l'entente n'avait pas pour intention de poser des limites aux prestations ni d'améliorer le pouvoir discrétionnaire de PPG. La lettre d'entente n'a pas créé d'exigence d'admissibilité pour la prestation et semblait exister simplement comme guide de l'exercice du pouvoir discrétionnaire de PPG dans un type spécifique de cause. Sur ce point aussi, les preuves sur des pratiques anciennes n'ont pas été déterminantes.

Pour terminer, le Tribunal a affirmé que les participants au Régime qui étaient admissibles à des droits accumulés avaient également droit à des prestations de retraite anticipée non réduites. En conséquence, PPG a reçu l'ordre de déposer de nouveaux rapports de liquidation reflétant la valeur des prestations de retraite anticipée non réduites.

Jurisprudence citée : Weber c. Ontario Hydro, [1995] 2 R.C.S. 929; Québec (Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse c. Québec (P.G.), 2004 CSC 39 (CanLII), [2004] 2 R.C.S. 185; Regina Police Assn. c. Regina Police Commrs., 2000 CSS 14 (CanLII), [2000] 1 R.C.S. 360; Bisaillon c. Concordia University, 2006 CSC 19 (CanLII), [2006] 1 R.C.S. 666; Parry Sound Social Services v. O.P.S.E.U., 2003 CSS 42 (CanLII), [2003] 2 R.C.S. 157; Tranchemontagne c. Ontario (Director, Disability Support Program), 2006 CSS 14 (CanLII), [2006] 1 R.C.S. 513; Caterpillar of Canada Ltd. c. Ontario (Superintendent of Pensions), 1996 Carswell Ont 5327; Sutherland c. Ontario (Superintendent Financial Services), 2013 ONFST 1 (CanLII); General Motors of Canada Limited c. Ontario (Superintendent Financial Services), 2014 ONFST 11 (CanLII); John Bertram and Sons Company c. International Association of Machinists, Local 1740, (1967) 18 L.A.C. 362; Navistar Canada Inc. c. Ontario (Superintendent Financial Services), 2014 ONFST 8 (CanLII); Goodyear Canada Inc. c. U.R.W, 1989 CarswellOnt 3267

Ce sommaire est offert à titre de service public et ne saurait constituer des avis juridiques. Nombreux sont les facteurs que nous ignorons et qui peuvent avoir une incidence sur l’applicabilité des déclarations ou commentaires contenus dans le sommaire à votre cas particulier.