Financial Services Tribunal & Pension Commission of Ontario Case Summaries/
Summaires des décisions du Tribunal des services financiers et de la Commission des régimes de retraite de l'Ontario

Case Name/nom du dossier:Great Atlantic & Pacific Company of Canada, Limited v. Superintendent of Financial Services

Type/type:Pensions/Régime de retraite

Decision Date/Date de la décision:2007-03-27

Tribunal/tribunal:FST/TSF

 



Français

The Great Atlantic & Pacific Company of Canada, Limited v. Superintendent of Financial Services

FST File No.: P0224-2003

Panel members: Colin McNairn, Louis Erlichman (Dissenting), David Short

Parties to hearing: The Great Atlantic & Pacific Company of Canada, Limited and Superintendent of Financial Services

SUMMARY

Background

The Great Atlantic & Pacific Company of Canada Limited (the “Applicant”), operated a bakery facility known as Jane Parker Bakery Limited (“Jane Parker”). Operations at Jane Parker ended on March 4, 2000 and the Applicant wound up the Plan effective the date of the closure. A wind up report as of March 4, 2000 was submitted to the Superintendent of Financial Services (the “Superintendent”). The report indicated that the wind up deficit as of March 4, 2000 was $997,673, but stated that the final amount of the contribution to fund the deficit would not be known until all of the Plan’s pension payments and expenses were settled.

The Superintendent approved the wind up report in September, 2000 and referred to the fact that the wind up report identified a deficit which the Applicant intended to fund in accordance with section 75 of the Pension Benefits Act (the “PBA”). It was also noted that, as required by section 32 of Regulation 909, R.R.O 1990 (the “Regulation”), annual actuarial reports had to be filed until a report was filed certifying that there were no further amounts to be funded pursuant to section 75 of the PBA.

The Applicant received an updated estimate of the deficit in the Plan as at September 30, 2000, that stated, as a result of decreases in annuity rates, the deficit was no greater than $500,000. The Applicant made a lump sum contribution of $500,000 to the Plan on November 30, 2000, a month before the fiscal year end of the Plan. In or about May 2001, the final amount of the contribution required from the Applicant was determined to be $354,639 which was $145,361 less than the Applicant had contributed.

On October 2, 2001, the Applicant applied to the Superintendent for consent to withdraw $145,361 from the Plan, which it characterized as an employer overpayment.

The Superintendent issued a Notice of Proposal dated March 24, 2003 proposing to refuse to consent to the request of the Applicant.

Tribunal Ruling

The majority of the Tribunal held that while both sections 79 (3) (surplus) and 78 (4) (overpayment) of the PBA deal with an employer’s access to assets in a pension fund, they do so on different premises – that the employer has over contributed to the fund (section 78 (4)) and that the fund is in an over-funded state for whatever reason (section 79 (3)). The Tribunal held that where the facts support an application under section 78 (4) or under section 79 (3), an employer is entitled to elect between the two regimes for obtaining approval for a payment out of a pension fund or plan.

The Superintendent argued that the combined effect of section 75 of the PBA and section 32 (4) of the Regulation was to require the Applicant to proceed by way of a surplus withdrawal application, under section 79 (3) of the PBA. Section 75 of the PBA requires an employer to cover any wind up deficit in a plan, by making a payment into the Plan “in the prescribed manner and at the prescribed time”. Section 32 of the Regulation provides, in subsection (4), that where an annual report made under that section shows that there is no further amount to be funded by the employer under section 75 of the PBA, “any surplus may revert to the employer, subject to the requirements of section 79 of the Act”.

The Tribunal held that the condition in section 32 (4) of the Regulation is inconsistent with section 78 (4) of the PBA to the extent that it purports to require that the payment out of a pension fund of an amount arising from post-termination contributions must be approved as a withdrawal of surplus. Section 78 (4) does not require compliance with section 79 of the PBA if an overpayment has resulted in the pension fund being in a surplus position and is not limited to situations where there has been an overpayment prior to the wind up proceedings.

Furthermore, the majority of the Tribunal determined that section 32 (4) is only applicable “where a report made under [that] section shows that there is no further amount to be funded” under section 75 of the PBA. The Tribunal held that since there were no reports filed with the Superintendent pursuant to section 32 of the Regulation, subsection (4) of section 32 had no application.

The majority of the Tribunal held that the time limit for making an application for the return of an overpayment under section 105 of the PBA should be extended. The time limit under section 78 (4) of the PBA was in the Tribunal’s view a procedural time limit capable of extension under section 105. The Tribunal concluded that there were reasonable grounds for granting the extension in the circumstances.

In the result, the Tribunal ordered that the Superintendent:

  • refrain from carrying out the proposal contained in the Notice of Proposal;
  • extend the time limit for the Applicant making an application under s. 78 (4) of the Act, in respect of its overpayment of $145,361 into the pension fund for the Plan, to October 2, 2001, the date of such application by the Applicant; and
  • consent to the request contained in the application of the Applicant for the payment to it of $145,361, the amount of its overpayment determined as of July 31, 2001, out of the pension fund for the Plan plus investment earnings thereon from July 31, 2001 to the date of payment.

The minority dissenting reasons disagreed with the reasons of the majority stating that the failure of the employer to comply with the filing requirements under section 32 of the Regulation could not operate to exclude the application of section 32. Moreover, the minority indicated that the refund of the overpayment (while there may have been policy reasons to support the refund) was prohibited by the clear terms of the legislation.

Cases Cited

Monsanto Canada Inc. v. Ontario (Superintendent of Financial Services) (2004), 242 D.L.R. (4th) 193

This summary is offered as a public service and should not relied upon as legal advice. Many factors unknown to us may affect the applicability of any statement or comment made in the summary to your particular circumstances.




The Great Atlantic & Pacific Company of Canada, Limited c. Surintendant des services financiers de l’Ontario

No de dossier du TSF : P0224-2003

Membres du comité : Colin McNairn, Louis Erlichman (dissident) et David Short

Parties à l’audience : The Great Atlantic & Pacific Company of Canada, Limited et le surintendant des services financiers

SOMMAIRE

Contexte

La société The Great Atlantic & Pacific Company of Canada, Limited (la « requérante ») exploitait une boulangerie connue sous le nom de Jane Parker Bakery Limited (« Jane Parker »). Les activités à la boulangerie Jane Parker ont cessé le 4 mars 2000, et la requérante a liquidé le régime en date de la fermeture. Un rapport de liquidation, daté du 4 mars 2000, a été déposé auprès du surintendant des services financiers (le « surintendant »). Ce rapport indiquait que le déficit de liquidation, au 4 mars 2000, s’élevait à 997 673 $, mais que le montant final de cotisation qui serait exigé pour financer le déficit ne serait connu qu’au moment du règlement des obligations du régime en matière de pensions et de dépenses.

Le surintendant a approuvé le rapport de liquidation en septembre 2000 en tenant compte du fait que le rapport de liquidation mentionnait un déficit que la requérante avait l’intention de financer conformément à l’article 75 de la Loi sur les régimes de retraite (la « LRR »). Le surintendant a également pris note que, comme l’exige l’article 32 du Règlement 909, R.R.O. 1990 (le « Règlement »), des rapports actuariels annuels devaient être déposés jusqu’au dépôt d’un rapport attestant qu’il n’y avait plus de passif à financer aux termes de l’article 75 de la LRR.

La requérante a reçu une nouvelle estimation du déficit du régime au 30 septembre 2000. Cette estimation indiquait qu’à la suite des réductions des taux de constitution d’une rente, le déficit ne dépassait pas 500 000 $. La requérante a versé une cotisation forfaitaire de 500 000 $ au régime le 30 novembre 2000, un mois avant la fin de l’exercice financier du régime. En mai 2001 ou autour de cette date, le montant final de la cotisation exigée de la requérante a été fixé à 354 639 $, soit 145 361 $ de moins que ce que la requérante avait cotisé.

Le 2 octobre 2001, la requérante a demandé au surintendant l’autorisation de retirer du régime la somme de 145 361 $, qu’elle considérait comme un versement excédentaire de l’employeur.

Le surintendant a délivré le 24 mars 2003 un avis de proposition dans lequel il proposait de refuser son consentement à la demande de la requérante.

Décision du Tribunal

La majorité du Tribunal a statué que même si les paragraphes 79(3) (excédent) et 78(4) (versement excédentaire) de la LRR traitent de l’accès d’un employeur aux actifs d’une caisse de retraite, ils sont fondés sur une hypothèse différente : l’employeur a trop cotisé à la caisse de retraite [par. 78(4)] et la caisse se trouve dans une situation d’excédent pour une raison quelconque [par. 79(3)]. Le Tribunal était aussi d’avis que, si les faits justifiaient une demande en vertu du paragraphe 78(4) ou 79(3), l’employeur avait le droit de choisir entre les deux régimes pour obtenir le consentement à un versement par prélèvement sur une caisse ou un régime de retraite.

Le surintendant a soutenu que l’effet conjugué de l’article 75 de la LRR et du paragraphe 32(4) du Règlement exigeait de la requérante qu’elle procède conformément au paragraphe 79(3) de la LRR et dépose une demande de retrait de l’excédent. L’article 75 de la LRR exige de l’employeur qu’il finance tout déficit dans une caisse de retraite à la liquidation en versant dans la caisse la somme en question « de la manière prescrite et aux moments prescrits ». L’article 32 du Règlement prévoit, au paragraphe (4), que lorsqu’un rapport annuel préparé aux termes de cet article indique qu’il ne reste plus de montant à financer aux termes de l’article 75 de la LRR, « l’excédent peut être versé à l’employeur, sous réserve des exigences de l’article 79 de la Loi ».

Par ailleurs, le Tribunal a statué que la condition prévue au paragraphe 32(4) du Règlement était incompatible avec le paragraphe 78(4) de la LRR, dans la mesure où il semble exiger que le paiement, sur une caisse de retraite, d’un montant de cotisation après la cessation du régime soit approuvé en tant que retrait d’un excédent. Le paragraphe 78(4) n’exige pas la conformité à l’article 79 de la LRR si le versement excédentaire a entraîné la constitution d’un excédent dans la caisse de retraite et il n’est pas limité aux situations où il y a eu un versement excédentaire avant le début de la procédure de liquidation.

En outre, la majorité du Tribunal a établi que le paragraphe 32(4) ne s’appliquait que « lorsqu’un rapport préparé aux termes [de cet] article indique qu’il ne reste plus de montant à financer » en vertu de l’article 75 de la LRR. Le Tribunal a statué que, puisque aucun rapport n’avait été déposé auprès du surintendant conformément à l’article 32 du Règlement, le paragraphe (4) de l’article 32 ne pouvait s’appliquer.

La majorité du Tribunal a également statué que le délai de demande de la remise du versement excédentaire en vertu de l’article 105 de la LRR devait être prorogé. Le délai prévu au paragraphe 78(4) de la LRR était, de l’avis du Tribunal, un délai procédural qui pouvait être prorogé en vertu de l’article 105. Le Tribunal a conclu qu’il existait des motifs raisonnables d’accorder une prorogation dans les circonstances.

Par conséquent, le Tribunal a ordonné au surintendant ce qui suit :

· s’abstenir d’exécuter la proposition contenue dans l’avis de proposition;

· proroger le délai de dépôt d’une demande, par la requérante, en vertu du paragraphe 78(4) de la Loi, en ce qui concerne le versement excédentaire de 145 361 $ dans la caisse de retraite du régime, au 2 octobre 2001, date de la demande déposée par la requérante;

· consentir à la requête contenue dans la demande déposée par la requérante en vue de recouvrer la somme de 145 361 $, qui correspond au montant de son versement excédentaire déterminé au 31 juillet 2001, par prélèvement sur la caisse de retraite du régime, plus les gains d’investissement générés entre le 31 juillet 2001 et la date du paiement.

La minorité dissidente n’était pas d’accord avec les motifs invoqués par la majorité selon lesquels l’omission de l’employeur de se conformer aux exigences de l’article 32 du Règlement concernant le dépôt d’un rapport ne pouvait l’exempter de l’application de l’article 32. De plus, elle a indiqué que le remboursement du versement excédentaire (même s’il semblait justifié) était clairement contraire à la loi.

Décision mentionnée

Monsanto Canada Inc. c. Ontario (Superintendent of Financial Services) (2004), 242 D.L.R. (4th) 193.

Ce sommaire est offert à titre de service public et ne doit pas être utilisé pour donner des avis juridiques. Nombreux sont les facteurs que nous ignorons et qui peuvent avoir une incidence sur l’application de nos commentaires à un cas en particulier.